Bien vivre à La Chapelle de Surieu, le blog de Mr le Maire

Articles avec #voeux du maire

Voeux du Maire 2017

16 Janvier 2017, 09:40am

Publié par M. LE MAIRE

C’est en présence de Robert Duranton, vice-président du Conseil départemental, Sylvie Dézarnaud, conseillère départementale, Francis Charvet, président de la CCPR, de nombreux maires ou de leurs représentants, et d’une assistance très nombreuse que s’est déroulée la cérémonie des voeux.
Voeux du Maire 2017
Voeux du Maire 2017
Voeux du Maire 2017

Discours de Mr le Maire: 

 

Une nouvelle fois, merci d’avoir répondu très nombreux à notre invitation.

 

Dernièrement, des attentats ont encore frappé plusieurs pays. Ceux de Berlin et d’Istanbul confirment qu’aucun pays n’est à l’abri de ces fous. La France a aussi été, à nouveau, la cible de ces barbares au cours de 2016. Des attentats ont encore endeuillé notre pays avec ceux de Magnanville, de Nice et de St Etienne du Rouvray. Certains commentaires ont terni l’union nationale qui a suivi les attentats de Charly, du Bataclan et de St Denis. Quelques hommes politiques seraient bien inspirés s’ils s’abstenaient de prendre la parole en ces très douloureuses circonstances. Pensons aux victimes et à leurs familles.

 

Notre communauté de communes a lancé des discussions avec sa voisine du territoire de Beaurepaire pour étudier la possibilité d’une fusion en 2019. Des groupes de travail, composés d’élus des deux territoires, travaillent sur ce possible rapprochement. Pour ma part, je l’ai déjà dit, je suis très favorable à cette fusion avec ce voisin très proche. 

 

Notre regroupement pédagogique intercommunal a vu l’ouverture d’une 6ème classe. Une première pour nos écoles qui accueillent 141 élèves. Merci à la commune de St Romain d’avoir accepté cette classe de l’enseignement élémentaire dans son bâtiment scolaire.

Tout au long de l’année scolaire 2015-2016, grâce à un nouvel équipement numérique, les élèves de la classe de CM1 et CM2, de Madame Aurélie Saunier, ont voyagé virtuellement dans toute l’Europe grâce au projet de classe intitulé « Comprendre et vivre l’Europe, friendship (amitié) au-delà des frontières : arts et partage » 

Connaître l’autre, grâce à l’art, 

pour mieux le comprendre,

pour ne pas le craindre,

pour créer une culture européenne commune ».

Une correspondance assidue, en anglais, avec d’autres classes européennes a été mise en place. En particulier avec une classe tchèque, proche de Prague.

Les 11 et 12 mai, ce projet a été récompensé au niveau national par le ministère de l’Education nationale. Le prix Hippocrène 2016 de l’Education à la Citoyenneté européenne a été remis aux élèves de CM2 au parlement Européen de Strasbourg avec une bourse de 5000 € pour permettre aux petits français de se rendre à Prague. 

Notre regroupement pédagogique intercommunal a ainsi été à l’honneur. 

Le 2 juin, Madame le recteur, en personne, s’est déplacée dans notre petit village pour venir féliciter la professeure des écoles et ses élèves. 

Nous imaginons le travail et l’engagement qu’a demandé cette participation à ce concours européen. Cela confirme la qualité et l’engagement de nos enseignants.

Je souhaitais la présence de Madame Saunier, à cette cérémonie, pour lui renouveler publiquement toutes mes félicitations. Malheureusement, elle est retenue ailleurs. Je vous invite à applaudir Mme Saunier et ses élèves.

Après le voyage à Strasbourg, il a fallu préparer l’étape suivante, à savoir le voyage à Prague du 21 au 25 novembre dernier. Merci à Madame Sylvie Dézarnaud, conseillère départementale, et Robert Duranton, vice-président du même Conseil départemental pour leur participation financière à hauteur de 1 000 € pour ce voyage. La Mutuelle Autonome de l’Enseignement, les Compagnons de la Tête de Veau et le SIVOS ont également versé une subvention. Je n’oublie pas la participation financière des familles.

 

Le SIVOS qui gère notre regroupement pédagogique a eu 30 ans, à la rentrée dernière. Il a connu quelques remous avec la démission de 4 délégués de la commune de St Romain. Laissant chacun devant ses choix et ses responsabilités, je n’ai pas commenté ces décisions. Suite à l’intervention de Madame le sous-préfet de Vienne, notre syndicat est, à nouveau, au complet. Il fonctionne avec le sérieux et la sérénité qui sied à une telle structure. Pour ma part, je n’ai jamais été partisan de la politique de la chaise vide et je rappelle que mon seul objectif a toujours été d’être au service de nos écoles. Et je n’en dérogerai pas. Je remercie les collègues qui sont restés en place et je constate, avec une grande satisfaction, que les nouveaux délégués de St Romain se sont parfaitement intégrés dans ce syndicat.

Des commissions ont été ouvertes, à nouveau, à des représentants des parents dont les propositions sont prises en compte. 

N’oublions pas qu’en 2011, notre SIVOS a failli être dissout. Il n’a dû, à l’époque, son maintien qu’à une forte mobilisation des élus et des amis de l’école publique. Madame le sous-préfet de Vienne, lors de sa visite de notre commune, en juillet dernier, n’a pas manqué de me le rappeler. Cette proposition de dissolution pourrait donc très bien être, dans un futur proche, relancée par le préfet. Il ne manquerait pas, alors, de faire référence aux problèmes de cette année. Chacun devrait alors assumer ses responsabilités. Et les éventuelles économies évoquées ne seraient, sans doute pas, du côté annoncé. 

La participation des communes, calculée à partir de trois critères qui n’ont pas évolué depuis 30 ans, fait que La Chapelle participe à hauteur de 62% au financement des parts communales. Cette participation des deux communes s’élevait à 99 000 € en 2013. Elle est aujourd’hui de 120 000 € avec une classe supplémentaire.

Je rappellerai que depuis 2014,

  • nous avons mis en place les nouveaux rythmes scolaires avec une demi-journée de classe supplémentaire
  • nous avons ouvert la garderie le mercredi matin et à midi, et chaque autre jour de classe dès 15h30 ou 15h45 jusqu’à 18h30.
  • nous avons enregistré une augmentation sensible des fréquentations dans nos services avec l’obligation d’augmenter le nombre d’agents
  • nous avons organisé les Temps d’Activités Périscolaires.
  • nous avons également fait équiper les trois classes élémentaires de tableaux inter-actifs et de 12 ordinateurs portables
  • nous avons dû, enfin, assumer l’augmentation tout à fait irraisonnable des primes du personnel.

En ce qui concerne la bibliothèque créée à la fin des années 80, au sein du SIVOS, l’évolution souhaitée par le Conseil départemental a rendu obligatoire la modification de ses règles de fonctionnement. Mais, avant que le conseil municipal de St Romain ne décide de son passage à une structure uniquement communale, il aurait été normal, nous semble-t-il, de se concerter avec les deux autres communes partenaires. Nous aurions pu, ainsi, trouver une formule qui permette aux délégués de nos communes de pouvoir participer aux décisions concernant le fonctionnement de cette bibliothèque. Nous restons ouverts à toute avancée sur ce sujet.

Favorable, depuis toujours à l’intercommunalité et à son développement, je suis, à titre personnel, tout à fait disposé à aller de l’avant si c’est dans l’intérêt des habitants de nos deux communes et leurs souhaits.

 

Dans notre commune, la construction de la Maison du Patois et du Patrimoine et de 4 locaux commerciaux a été au cœur de notre activité tout au long de cette année 2016. C’est, après près de 6 ans de réflexion, de modifications, d’inquiétude parfois, la concrétisation d’un projet lancé au cours du mandat précédent. 

Les futurs occupants ont été associés à la conception du projet tout au long de son évolution. 

Malgré l’ampleur de la dépense pour une commune de notre taille, 700 000 € environ, nous sommes parvenus au but que nous nous étions fixés et cela sans recours à l’emprunt et à une augmentation de la fiscalité locale. 

Il est vrai que nous avons bénéficié de nombreuses subventions ou participations qui confirment l’intérêt de cette construction en direction de nos patoisants et du patrimoine.

Je les rappelle brièvement :

  • L’Etat avec la Dotation d’Equipement aux Territoires Ruraux
  • Le Conseil départemental
  • Le Conseil régional
  • La Communauté de Communes du Pays Roussillonnais
  • Le Syndicat des Energies du Département de l’Isère
  • L’aide parlementaire du sénateur Bernard Saugey
  • La participation du groupe Lu Z’Arpelauds.

Soit près de 300 000 € pour une dépense annoncée et réelle de 455 000 €. Ce qui représente près de 66%. Merci à tous ceux qui ont répondu à notre sollicitation.

Le chantier a connu quelques difficultés au niveau de la maîtrise d’œuvre et du respect du planning de la part de quelques artisans. J’ai demandé l’application stricte de la législation. 

Quelques artisans ont été sanctionnés avec des pénalités dont certaines sont élevées. 

Mais,

Quand on répond à un appel d’offres,

Qu’on a la chance d’être retenu,

Quand on signe un engagement, on se doit de le respecter.

Maintenant que tout est terminé ou presque, je crois pouvoir dire que le résultat est à la hauteur de nos espérances et qu’il satisfait l’immense majorité de nos habitants.

Notre salle associative intercommunale « la Maison du Patois et du Patrimoine » est mise en priorité à la disposition de l’association Lu Z’Arpelauds qui a déjà animé plusieurs soirées. Je rappelle qu’elle a participé à hauteur de 40 000 € à la construction de la salle et de 12 000 € pour son équipement. Elle dispose d’un excellent outil pour travailler dans des conditions idéales. A elle de démontrer que la réponse que nous avons faite à sa demande de disposer d’un équipement bien conçu et bien équipé est méritée. Favorable depuis le début à ce projet, je ne doute pas de sa réussite. Cette salle verra au cours des semaines prochaines la projection du film « Demain » et l’exposition du club photo du comité des fêtes. 

D’autres animations, à condition qu’elles soient à caractère culturel ou artistique, sont possibles. 

 

Comme l’exige la réglementation, nous avons commencé à réaliser le programme de travaux au groupe scolaire pour le rendre accessible aux Personnes à Mobilité Réduite. Merci au Conseil départemental pour l’attribution d’une subvention à hauteur de 30%. Nous nous rendons bien compte que des demandes, de la part de ceux qui ont prévu ces aménagements, sont parfois en décalage avec ce que nous vivons sur place. On se demande parfois s’ils sont allés sur le terrain.

 

Avec le concours du SEDI avec lequel nous collaborons dans d’excellentes conditions, nous avons fait remplacer des horloges sur le réseau de l’éclairage public. Horloges qui permettront, si le conseil municipal le décide, d’éteindre, une partie de la nuit, l’éclairage public. Dans le même temps, l’éclairage du boulodrome qui n’était plus aux normes a été remplacé après une étude.

 

La procédure d’élaboration de notre futur Plan Local d’Urbanisme arrive à son terme. Une erreur d’interprétation va entraîner quelques mois de retard. En effet, nous aurions dû organiser la deuxième réunion publique avant que le conseil municipal n’arrête le PLU et permette ainsi aux administrations et collectivités de l’examiner. J’assume cette erreur, mais, à chaque réunion, nous étions entourés de notre urbaniste et de représentants de certaines collectivités et administrations qui auraient dû nous alerter.

 

L’amélioration du réseau de téléphonie mobile est également en cours. Notre commune est parmi les trois du département à avoir été reconnues en zone blanche. Une aide de l’Etat, à hauteur de 100 000 €, a été accordée pour aider à l’installation d’une antenne.Après une réunion en préfecture, le 2 mai dernier, et deux autres en mairie, avec les chargés de mission du Conseil départemental qui sera maître d’ouvrage, des sites ont été retenus. Cet équipement, réclamé par de nombreux chapelains, mais aussi par les artisans qui travaillent sur la commune, pourrait être installé au cours de cette année sur un terrain appartenant à la commune. Ce qui permettrait une accélération du calendrier. Je comprends l’inquiétude des futurs voisins, mais on nous assure que cet équipement produira moins d’ondes qu’un portable ou qu’un micro-ondes. J’entends également l’impatience des abonnés qui ne peuvent pas utiliser leur portable. Mais, par expérience, je sais que tous ces aménagements ne peuvent pas être réalisés du jour au lendemain.

 

Nos finances ont connu, comme celles de toutes les communes, une baisse au niveau des dotations de l’Etat depuis 2012, et de la CCPR depuis 2016. Un exemple : La DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) a diminué de près de 26% en passant de 81 000 à 60 000 €. Habitués gérer à l’euro près, nous nous sommes adaptés. Mais, il ne faudrait que ces diminutions s’amplifient.

 

Nos agriculteurs souffrent et ils sont très inquiets suite à la possibilité de voir notre commune ne plus être classée en zone défavorisée. Qu’ils sachent que les élus seront à leurs côtés pour faire prévaloir le bons sens qui aurait dû prévaloir dans ce dossier.

 

Nos associations animent notre village, tout au long de l’année, et nous les en remercions. La journée Plein air du comité des fêtes de la fin juillet confirme son ancrage. La section « cartes », du même comité, permet, chaque jeudi, à nos retraités jeunes et plus âgés de se retrouver dans un moment de convivialité très apprécié. 

Le feu d’artifice avec repas et bal populaire organisé le 13 juillet par l’Amicale des Sapeurs- pompiers attire toujours une foule aussi nombreuse. 

Le Sou des écoles continue, grâce à son dynamisme, à financer de nombreuses activités scolaires. Les élus apprécient à sa juste valeur cette participation qui permet aux enseignants de programmer des sorties et des spectacles. 

Nous continuons à aider tous ces bénévoles avec des subventions et la mise à disposition de nos salles.

 

Notre seul commerce local souffre de la crise. Il est fermé le lundi toute la journée, le mardi et le mercredi après-midi. Le lundi matin, c’est moi-même qui assure la distribution, en mairie, du quotidien local aux quelques lecteurs fidèles qui ne sont pas abonnés.

 

En 2017, 

 

Avec l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai, les électeurs porteront à la tête de notre beau pays celui qui aura la lourde charge de le diriger et de répondre aux énormes défis qui l’attendent. Nul doute que beaucoup de promesses seront faites. Aux électeurs de se déterminer entre tous ces programmes dont certains vous promettront un avenir forcément radieux.

J’aimerais que les candidats fassent leur cette phrase de Confucius : « Examine si ce que tu promets est juste et possible, car la promesse est une dette». Mais ce sera, sans doute, un vœu pieu.

N’oublions pas, non plus, l’importance des élections législatives des 11 et 18 juin qui devront permettre au nouveau président de disposer ou non d’une majorité à l’Assemblée nationale. 

Alors, ne nous contentons pas de contester, remplissons notre devoir. Allons voter.

 

Les travaux d’agrandissement de notre centre de secours devraient être réalisés cette année. Cette caserne, construite par le district en 1995, est en effet devenue trop petite pour nos sapeurs-pompiers qui remplissent avec un dévouement jamais démenti et un professionnalisme exemplaire, tout au long de l’année, les missions qui leur sont confiées. 

Des travaux de sécurisation d’une maison seront effectués sur notre rivière par le syndicat intercommunal. 

Un diagnostic sur tous nos bâtiments communaux a été confié au SEDI. Il devrait nous permettre de savoir quels travaux permettraient de faire des économies. Je pense notamment à notre salle des fêtes qui est très mal isolée et dont le système de chauffage date des années 80.

L’éclairage du haut de la route de l’église sera remplacé et étendu jusqu’à la route des Combonnières.

Notre Plan Local d’Urbanisme devrait être arrêté, présenté à l’enquête publique et validé. Ce sera le résultat de plusieurs mois de réflexion et de travail. La deuxième réunion publique est fixée au mardi 24 janvier. Une information très précise sera déposée dans les boîtes aux lettres.

La demande d’extension du local mis à la disposition de l’amicale Boule devrait être acceptée avec les mêmes modalités. A savoir, la commune fournit les matériaux, les boulistes se chargent des travaux. 

Des travaux de voirie seront, comme chaque année, au programme de la CCPR.

Notre CCAS sera remplacé par une commission communale ouverte aux personnes extérieures qui étaient membres de cette structure. Celle-ci aura pour mission de poursuivre les engagements au service de notre population. Le CCAS a été le premier de la région a donné son accord pour que l’opération « Ma commune, ma santé » puisse s’y dérouler. N’hésitez pas à vous rendre aux permanences proposées au centre social.

 

J’ai une pensée pour ceux

  • Qui sont sans emploi
  • Qui ont des fins de mois très difficiles
  • Qui sont malades
  • Qui sont seuls
  • Qui nous ont quittés

 

Je remercie

Mes collègues maires-adjoints et conseillers pour leur participation active à la vie du conseil municipal.

Le conseil syndical du SIVOS très sollicité au cours de l’année écoulée

Les membres du CCAS toujours aussi dévoués

L’équipe pédagogique

Le personnel de la commune et du SIVOS

Les associations et leurs bénévoles

La CCPR et ses services

La gendarmerie

Les différentes administrations

Nos sapeurs-pompiers qui ont effectué près de 200 sorties

Les associations caritatives de plus en plus sollicitées.

 

Je vous présente mes meilleurs vœux pour 2017.

Voir les commentaires

Voeux du Maire, le 10 janvier 2016

11 Janvier 2016, 10:42am

Publié par M. LE MAIRE

C’est en présence d’une assemblée très nombreuse que Gaby Girard, Maire de la commune, a présenté ses voeux.

Messieurs Nucci et Francis Charvet, respectivement présidents des communautés de communes du territoire de Beaurepaire et du pays roussillonnais, les maires ou leurs représentants des communes de notre territoire, des anciens maires... ont honoré de leur présence cette cérémonie.

Voeux du Maire, le 10 janvier 2016
Voeux du Maire, le 10 janvier 2016
Voeux du Maire, le 10 janvier 2016

Discours prononcé par Mr le Maire:

 

Tout d’abord, merci d’avoir, une nouvelle fois, répondu très nombreux à notre invitation.

Cette traditionnelle cérémonie des vœux permet de présenter le bilan de l’année écoulée, le programme de l’année à venir et surtout un moment de convivialité bien appréciable en ces temps difficiles. Et puis, vous savez que vous pouvez repartir de La Chapelle avec l’excellent boudin proposé par l’amicale de nos sapeurs-pompiers.

 

Lors de la cérémonie de 2015, le 11 janvier, nous étions sous le coup de l’émotion, de l’incompréhension et de la colère après les tueries,  des 7 au 9 janvier, qui avaient fait 17 morts et de nombreux blessés. Les terroristes s’en étaient alors pris à la liberté de la presse avec Charlie Hebdo, aux forces de l’ordre avec une policière et à une religion avec les clients d’une épicerie cacher. Ce même jour, de très imposantes manifestations à Paris et dans de très nombreuses villes montraient la détermination du peuple de France à rester debout et à faire face.

Le 13 novembre dernier, à Paris et à St Denis, aux abords du stade de France, des barbares ont récidivé en s’en prenant cette fois au sport, à la culture et aux personnes prenant ensemble un verre ou repas sur des terrasses. Avec 130 morts et plus de 300 blessés, le bilan est terrifiant.

Face à cette tragédie, la France est restée, à nouveau, debout. Nos dirigeants ont su se montrer à la hauteur de leurs responsabilités en prenant les bonnes décisions. Nos forces de l’ordre et les secours ont fait preuve d’une grande maîtrise et d’une efficacité qui forcent notre admiration.

L’Etat d’urgence a été décrété pour 12 jours par le Président de la République, puis prolongé de 3 mois par nos assemblées. Nous devons vivre désormais avec le risque que d’autres attentats puissent avoir lieu un jour ou l’autre. Nous devons accepter certaines contraintes. Mais il faut montrer que la vie ne s’arrête pas.

 

En France, deux élections locales ont été organisées au cours de 2015.

 

Les départementales, en mars, avec un canton de Roussillon remodelé avec l’intégration du territoire de Beaurepaire.

Je renouvelle mes vœux de réussite aux nouveaux élus de notre canton, Sylvie Dézarnaud, maire de Revel Tourdan, et Robert Duranton, maire de Roussillon, ainsi qu’au président du Conseil départemental, Jean-Pierre Barbier. 

Je n’oublie pas les sortants qui ne se représentaient pas.  Daniel Rigaud, conseiller général de notre canton, et Christian Nuccci, vice-président, ont toujours été à notre écoute et ont étudié avec bienveillance nos demandes de subventions. Merci à eux pour leur engagement au service du département, de ses communes et de ses habitants.

 

Les régionales avec un nombre de régions passant de 22 à 12 a vu des résultats en demi-teinte. C’est Marie-Thérèse Lambert, maire-adjointe à Roussillon et suppléante de notre député, qui représentera notre secteur. Mes vœux de réussite également.

Un regret à l’attention de Philippe Mignot, conseiller régional sortant, qui ne retrouve pas son  poste. Son travail et sa présence sur le terrain n’ont pas été pris en compte et c’est bien regrettable.

 

Notre communauté de communes, avec plus de 50 000 habitants, poursuit sa marche en avant et ses coopérations avec ses voisins. Le conseil communautaire a, une nouvelle fois, voté contre l’orientation de fusion et non plus de prescription de fusion avec Vienne Agglo prescrite par le nouveau préfet de l’Isère. Il a ouvert la porte à son voisin beaurepairois si celui-ci souhaite le rejoindre.

Votre conseil municipal a émis le même vote, à l’unanimité. Non à l’orientation de fusion avec Vienne Agglo avec laquelle nous n’avons à ce jour aucun projet. Oui à une fusion avec le territoire de Beaurepaire qui est notre voisin le plus proche si c’est son souhait.

 

L’avenir de la clinique St Charles est devenu un vrai serpent de mer. Ce sujet revient, en effet périodiquement, à la une de l’actualité de notre territoire. Prévu pour un déplacement sur la commune de Salaise sur Sanne, cet établissement resterait finalement dans ses murs avec une mise aux normes. 

Pourquoi ne pas y avoir pensé avant ? Verra-t-on, comme cela semble se profiler, un établissement proposant un service d’urgence et seulement des soins ambulatoires ? Le territoire concerné, avec plus de 100 000 habitants et des établissements industriels à risques  devrait disposer d’un établissement qui réponde à tous les besoins.

 

Notre regroupement pédagogique intercommunal accueille plus de 130 élèves répartis dans 5 classes. Les services : garderie périscolaire et restaurant scolaire accueillent un nombre d’enfants plus important qu’au cours des années précédentes. C’est avec satisfaction que les élus notent une stabilité au niveau des équipes pédagogiques.

 

En septembre, nous avons, enfin, pu mettre en place les Temps d’Activités Périscolaires. 

Ces animations proposées les lundis et jeudis voient toujours un membre du personnel du SIVOS encadrer les participants aux côtés de l’animateur. 

Au cours des deux premiers cycles, ce sont  77 enfants qui ont participé aux activités proposées. Pour le troisième cycle en cours, ce sont à nouveau 38 enfants qui sont inscrits. Les échos qui remontent jusqu’à nous montrent une satisfaction des participants. Ces activités sont payantes avec un tarif dégressif suivant le nombre d’enfants par famille. Cette participation financière ayant été annoncée, les familles n’ont pas eu de mauvaise surprise.

C’est le SIVOS, élus et secrétaire, qui préparent les plannings et gèrent les inscriptions. La dépense engendrée par ces activités devrait être couverte par la participation des familles et le fonds d’amorçage de 50 € par an et par élève. Je  remercie vivement tous ceux qui ont été à mes côtés pour préparer et organiser ces activités.

 

Nous avons complété l’équipement informatique de nos classes élémentaires. Chacune d’elles dispose, depuis la rentrée, d’un tableau interactif et du matériel vidéo qui doit l’accompagner. 

 

Le budget du SIVOS, avec une participation à hauteur de 62% de notre commune, a légèrement augmenté. Malgré les baisses de dotations, nous continuerons à faire de l’école notre priorité. Mais, ce budget ne pourra être extensible à l’infini.

 

A La Chapelle de Surieu, nous avons fait isoler et repeindre le préau par une entreprise. Nos agents ont repeint une classe. Merci à eux pour la qualité de leur travail.

 

Notre commune a vu enfin la construction et la livraison de six nouveaux logements abordables. J’avais signé le permis de construire fin décembre 2011. Construits par Habitat Dauphinois, ils ont accueilli leurs locataires au début du mois de décembre. Nous avons enregistré plus de candidatures que de logements disponibles. C’est bien la preuve que ce type de logements, en milieu rural, est apprécié et nécessaire.

Notre commune dispose désormais de 16 logements abordables.

 

Comme annoncé, lors des vœux de 2015, notre église a fait l’objet d’un programme de travaux au niveau de la corniche qui a été enlevée en partie et remplacée par une plus légère. Cette fois, nous n’avons pas fait appel aux services d’un architecte et tout s’est déroulé comme prévu. Merci aux entreprises Dutal et Guillois qui ont parfaitement répondu à notre attente en réalisant un travail de grande qualité. Merci au comité des clocher, aux élus présents tout au long de ce chantier et à nos agents d’entretien qui ont participé au démontage de la corniche et au nettoyage des lieux.

 

Après le désamiantage du bâtiment existant et sa démolition, la construction de la partie communale avec une salle associative dédiée essentiellement au groupe patois et des locaux commerciaux a enfin commencé.

Malgré les nombreux écueils rencontrés depuis 2009, année de l’acquisition de cette parcelle, nous n’avons jamais renoncé. Cette  salle socio-éducative dont le coût avoisinera les 450 000 € HT sera subventionnée par l’Etat, le Conseil départemental, le Conseil régional et la Communauté de communes avec un fonds de concours. Elle bénéficiera aussi d’une participation  du groupe patois de 40 000 €.

Je remercie bien entendu toutes ces collectivités d’avoir répondu positivement à notre demande de subvention. Les locaux commerciaux dont la dépense est estimée à 300 000 € HT seront occupés par nos infirmières et un laboratoire de recherche. Il reste actuellement 75 m² disponibles qui pourront être divisés. Tous les futurs utilisateurs ont été associés à la réalisation des plans. A la rentrée prochaine, ces bâtiments seront mis à la disposition de ses utilisateurs. Cet important programme sera financé sans recours à l’emprunt.

 

Le groupe patois disposera d’un local de qualité pendant de très longues périodes de chaque année. Je suis sûr qu’il en fera bon usage et qu’il présentera un programme d’animation de grande qualité qui sera un plus pour notre commune et sa région.

 

Comme vous le savez notre Plan d’Occupation des Sols est en révision pour passer en Plan Local d’Urbanisme. Plusieurs réunions de travail se sont déroulées au cours de l’année écoulée. Je regrette que la réunion publique du 6 juillet ait rassemblé moins de 10 personnes. Les brillants exposés concernant le SCOT et ses orientations et le diagnostic agricole méritaient mieux.

 

Notre commune est très mal couverte par la téléphonie mobile. 

Une pétition lancée au printemps n’a pas recueilli un aussi grand nombre de signatures qu’espéré. Elle a néanmoins été adressée à la sous-préfecture, au Conseil départemental et aux opérateurs.

Si la sous-préfecture et le Conseil départemental se sont saisis du dossier, les opérateurs n’ont pas daigné nous répondre directement. La préfecture a mandaté un bureau d’études qui a conclu à une très mauvaise couverture de notre commune. J’ai reçu le 5 janvier deux responsables de l’opérateur Orange. Ils m’ont confirmé la mauvaise couverture de notre commune. Pour eux, la seule solution pour voir évoluer cette situation, ce serait d’être classé en zone blanche et d’être retenu dans un programme de couverture.

 

Nous avons relancé le dossier de l’accessibilité à tous nos bâtiments publics.

Dans le cadre de l’Agenda d’Accessibilité Programmé (Ad’Ap), un dossier a été adressé à la préfecture accompagné d’un calendrier des travaux. Nous avons souhaité des dérogations :

  • Pour cette salle et la plate-forme qu’il faudrait installer pour accéder à la scène avec un coût estimé à 40 000  € HT
  • Pour l’allée du cimetière avec un revêtement contrasté

 

Comme prévu, le SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Sécurité) a déposé une demande de permis de construire pour l’agrandissement de la caserne de nos sapeurs-pompiers qui confirment avec 200 sorties en 2015 qu’ils sont un maillon indispensable et nécessaire au sein de ce service. Le permis de construire a été instruit très rapidement par les services urbanisme de la CCPR en étroite concertation avec le SDIS et moi-même.

 

Malgré les investissements très importants que nous avons programmés, nous n’oublions pas le quotidien. Des chemins communaux et ruraux ont été repris avec de l’enrobé à chaud ou du bi-couche. Les opérations de fauchage et d’élagage ont été réalisées avec le souci de protéger la flore et la faune. Les berges du ruisseau le Sonnet ont été confortées.

 

Avec le concours du SEDI (Syndicat Energie du Département de l’Isère) nous avons fait réaliser un diagnostic de notre éclairage public. Le bilan montre qu’il faut rénover le réseau de la partie haute de la route de l’église. Mais, l’état général des autres réseaux est très satisfaisant. Il est vrai qu’ils ont été installés à partir des années 2000.

 

Avec mes  adjoints, nous avons surveillé le développement de l’ambroisie. Et nous pouvons donc affirmer que cette plante ne se développe pas plus qu’ailleurs, sans doute moins. Il n’était pas utile qu’un de nos administrés écrive à Madame le Sous-Préfet de Vienne pour déplorer le développement de cette plante sur notre commune.

 

Le CCAS a décidé de maintenir le colis de Noël pour les personnes âgées de 75 ans et plus et le repas pour celles ayant 65 ans et plus. Il reste à l’écoute des personnes en difficulté et les aide si besoin.

 

Nos associations animent notre village tout au long de l’année et nous les en remercions. 

Le comité des fêtes est en train de réussir un pari osé : organiser une journée plein air à la fin du mois de juillet. En 2015, se sont 380 personnes qui ont répondu à l’invitation pour participer à de la randonnée, à du VTT ou du trail. Bravo et merci aux organisateurs pour cette belle matinée qui s’est poursuivie autour d’un bon repas sous les ombrages de la Sanne.

Le feu d’artifice avec repas et bal populaire organisé le 13 juillet par l’Amicale des Sapeurs- pompiers attire toujours une foule aussi nombreuse.

Le Sou des écoles continue, grâce à  son dynamisme, à financer de nombreuses activités scolaires. Les élus apprécient à sa juste valeur cette participation qui permet aux enseignants de programmer des sorties et des spectacles.

Nous continuerons à aider tous ces bénévoles avec des subventions et la mise à disposition de nos salles.

 

Nos sportifs sont à l’honneur.

L’équipe féminine de foot, au plus haut niveau de la ligue Rhône-Alpes, est seconde de sa poule, à un point de la réserve de l’Olympique lyonnais. Une vraie performance qui la conduira, sans doute, vers les poules de qualification pour la montée en deuxième division.

La ferme équestre de la Cunière a trusté les titres de champions de France. Aux championnats d’Europe, en Allemagne, Julian Froissard  a décroché un titre de champion. 

Bravo à tous pour ces excellents résultats.

 

En 2016,

 

Après avoir subi une baisse des dotations de l’Etat, notre budget sera impacté par la diminution de la Dotation de Solidarité Communautaire.

Le préfet, le 10 octobre dernier, au congrès des maires à St Maurice l’Exil, a annoncé que les communes pouvaient diminuer leurs frais de personnel pour absorber les baisses de dotations de l’Etat. Et bien qu’il m’explique comment faire dans notre commune avec un personnel déjà limité au maximum avec 28 heures par semaine de secrétariat et 20 heures par semaine à l’entretien  renforcé provisoirement avec un contrat aidé de 24 heures.

Nos dépenses  de fonctionnement ne pourront  pas être diminuées sensiblement.

La conséquence de ces baisses de dotations sera donc une diminution stricte de nos investissement et donc moins d’activités pour nos entreprises.

 

Le SIVOS qui gère notre regroupement pédagogique intercommunal fêtera son 30ème anniversaire cette année. Etant membre de ce syndicat depuis sa création, je peux mesurer l’évolution constante de cette structure.

Je souhaite, je l’ai déjà dit, que la participation de nos deux communes à son budget avec des clés de répartition basées sur la population, le nombre d’élèves et l’indice de richesse, soit revue.

 

Le bâtiment communal devrait être livré fin juin, si la météo hivernale ne retarde pas les travaux.

 

L’agrandissement de notre centre de secours devrait commencer en avril prochain.

 

Au niveau de notre regroupement pédagogique, avec un effectif annoncé à 139 élèves à la rentrée prochaine, nous demandons l’ouverture d’une quatrième classe en élémentaire. Le SIVOS et les deux conseils municipaux ont délibéré en ce sens. Avec Robert Mouchiroud, mon collègue de St Romain, nous avons reçu, à sa demande, le 4 janvier, Monsieur l’inspecteur de l’Education nationale de Vienne 2. Nous lui avons confirmé notre demande d’ouverture d’une 4ème classe en élémentaire et confirmé qu’un local serait disponible, si nécessaire, à St Romain de Surieu.

 

Le PLU devra se concrétiser et être prêt pour l’enquête publique et son adoption par le conseil municipal. Des artisans nous sollicitent pour disposer d’un terrain. Nous sommes toujours ouverts à une coopération avec notre voisine de St Romain pour la création d’une zone artisanale intercommunale.

 

Une réflexion sera conduite sur la coupure ou non d’une partie de notre éclairage public de 23 heures à 5 heures du matin. Il est possible aussi de réduire l’intensité de cet éclairage. Une économie de 30 à 50% peut alors être réalisée.

L’éclairage public de la partie supérieure de la route de l’église devrait être remplacé et complété par le SEDI avec une participation communale à hauteur de 20%.

 

Des travaux, très importants, pour protéger une maison des crues de la Sanne pourraient être programmés en concertation avec le syndicat qui gère cette rivière.

 

Notre bibliothèque intercommunale, gérée jusqu’à maintenant par le SIVOS et animée par les bénévoles de l’association « Les amis de la bibliothèque intercommunale La Chapelle-St Romain »,  devra adapter son statut au nouveau fonctionnement avec la médiathèque de St Maurice l’Exil comme tête de réseau. Il faudra que ses bénévoles de nos deux villages auxquels se sont joints ceux d’Assieu puissent continuer à l’animer. Il faudra que tout se déroule dans la concertation entre tous les partenaires.

 

Le premier programme d’accessibilité à nos bâtiments publics concernera le groupe scolaire.

 

J’ai une pensée pour ceux

  • Qui sont malades
  • Qui sont seuls
  • Qui nous ont quittés

 

Je remercie

Mes collègues  maires-adjoints et conseillers pour leur participation active à la vie du conseil municipal

Le conseil syndical du SIVOS très sollicité au cours de l’année écoulée

Les membres du CCAS toujours aussi dévoués

L’équipe pédagogique

Le personnel de la commune et du SIVOS

Les associations et leurs bénévoles

La CCPR  et ses services

La gendarmerie

Nos sapeurs-pompiers qui ont effectué plus de 200 sorties

Les associations caritatives de plus en plus sollicitées.

 

Je terminerai avec cette  phrase d’Yitzak Rabin

« Les actes de terrorisme ne peuvent jamais se justifier, quelque raison que l’on puisse faire valoir ».

Et en vous vous présentant à vous tous ainsi qu’à ceux qui vous sont chers mes meilleurs vœux pour 2016.

Voir les commentaires

Voeux du Maire

13 Janvier 2015, 17:21pm

Publié par M. LE MAIRE

Voeux du Maire

Cette cérémonie de présentation des vœux ne sera pas, comme le voulait la tradition, la dernière dans les communes du territoire de notre communauté de communes.

En effet, trois collègues ont décidé de programmer la leur plus tard afin d’éviter que plusieurs d’entre elles ne se déroulent le même jour et parfois à la même heure.

Elle est par contre la première de cette mandature à La Chapelle de Surieu,

mandature qui a connu une situation tout à fait inédite au printemps dernier.

 

Notre territoire a vu l’élection de 10 nouveaux maires. Certains d’entre eux sont à mes côtés. Je leur souhaite bon vent dans cette période difficile.

 

En 2014, dans le monde, la violence s’est encore propagée dans de trop nombreux pays. Elle a malheureusement souvent fait la une de l’actualité.

Quand j’ai rédigé ce passage sur la violence, j’étais à mille lieux de penser que le mercredi 7 janvier, la France serait le théâtre d’un odieux attentat. En abattant froidement des journalistes et des policiers qui veillaient à leur sécurité, ces terroristes s’en sont pris à la liberté de la presse et à ceux qui assurent la protection de cette liberté.

Le 9 janvier, trois terroristes ont été abattus par nos forces de l’ordre qui ont montré, en cette situation dramatique, leur détermination et leur haut niveau de compétence. Suite à ce drame qui a fait 17 victimes innocentes, la France a su, comme elle sait le faire dans les moments difficiles, se retrouver unie. C’est là la seule réponse possible face à ce drame qui est survenu malgré tous les efforts déployés par ceux qui nous protègent pour éviter ces crimes abominables.

Attention, toutefois, sous le coup de l’émotion et de la juste colère qui nous étreignent à ne pas faire d’amalgame. Faisons nôtre cette phrase de Charb, directeur de Charlie Hebdo et victime de cette barbarie : « Je préfère mourir de bout, que vivre à genoux ».

Je vous demande maintenant une minute de silence.

 

En Europe, les élections des députés ont connu, à nouveau, un record d’abstentions. Il serait temps que cette large union fasse en sorte que ce soit le progrès social qui soit le moteur de sa politique. Il faudrait aussi que son action soit plus lisible et que ses technocrates cessent de nous inonder de réglementations de plus en plus contraignantes et souvent inapplicables.

 

En France, la crise est toujours là et la morosité s’installe..

Même si la situation est très difficile, nous sommes en droit d’attendre de nos gouvernants qu’ils nous indiquent une direction claire avec la volonté d’un partage des efforts suivant les moyens de chacun. 

Le monde change très vite. Les réformes sont donc nécessaires. Mais pour aller de l’avant, il faudrait bousculer tous ces corporatismes qui veulent bien les accepter à condition qu’elles ne s’appliquent qu’aux autres.

 

Notre communauté de communes a vu un grand nombre de ses délégués renouvelé et passer dans un premier temps de 67 à 57 membres. Francis Charvet a été réélu à sa présidence.

J’ai moi-même été réélu à la vice-présidence avec une délégation à la voirie et aux eaux pluviales. Je l’ai malheureusement perdue suite à l’annulation des élections dans notre commune. Celle-ci a eu aussi pour effet, suite à une décision du Conseil Constitutionnel, de ramener le nombre de délégués à 44. Ce sont 15 communes au lieu de 5 qui n’ont plus maintenant qu’un seul délégué au conseil communautaire. Je partage l’amertume des élus des communes concernées qui ont vu le nombre de leurs délégués être réduit.

 

La CCPR poursuit sa marche en avant. Ses nouvelles compétences, votées au cours du mandat précédent, sont effectives. Les conseillers municipaux peuvent participer aux différentes commissions. Comme dans toutes les collectivités, la rigueur financière est à l’ordre du jour. Il ne faudrait pas que celle-ci, ajoutée à celle de l’Etat, entraîne l’asphyxie financière de plusieurs communes.

L’Etat nous demande de faire des économies sur notre fonctionnement. Il cible plus particulièrement les frais de personnel. Comment, avec une population de 735 habitants, 28 heures de secrétariat et 24 heures à l’entretien, pourrait-on diminuer ce chapitre dans notre commune?

 

Alors que nous pensions que le projet de construction de la nouvelle clinique était en bonne voie, il fait son retour dans l’actualité avec de nombreuses interrogations et une vive inquiétude quant à l’avenir du nouvel établissement et des 200 employés. Et l’on se tourne à nouveau vers les élus pour qu’ils soutiennent ce projet. Espérons que l’Agence Régionale de Santé (l’ARS), le promoteur et les élus regroupés dans un conseil de surveillance trouvent enfin un accord. 

Un tel établissement de santé est vraiment indispensable sur notre territoire dont la population va augmenter encore sensiblement.

 

2014 a été l’année du renouvellement des conseils municipaux. 

J’avais annoncé, ici même, à l’occasion de la cérémonie des vœux, que je me présenterai pour un nouveau mandat avec une équipe renouvelée aux deux tiers, composée de 8 femmes et de 7 hommes, et une moyenne d’âge de 45 ans.

Une deuxième liste se constitue. Même si depuis 1983, il n’y a eu qu’une seule liste, rien d’anormal à cela. C’est la démocratie. Il est normal que l’électeur ait le choix.

Le 23 mars, le scrutin se déroule tout à fait normalement, 81% des électeurs accomplissent leur devoir. Le résultat est excellent pour mon équipe. Nous sommes élus avec près de 73% des suffrages. Ce score net et assez impressionnant confirme la satisfaction des électeurs envers notre gestion et les investissements réalisés.

Le 1er avril, ce n’est pas un poisson, lettre recommandée du Tribunal administratif. Pas moins de 11 points sont soulevés par la tête de liste adverse, et elle seule, pour demander l’annulation.

Le 28 mai, audience au tribunal administratif de Grenoble. Le rapporteur public rejette 10 des 11 points avancés, mais il en retient un et il demande l’annulation totale des élections pour le motif suivant : « Refus du président du bureau de vote d’une présence permanente des membres de la liste adverse qui n’avait pas désigné dans les délais ses assesseurs et ses délégués ».

Nous pensions pourtant n’avoir fait qu’appliquer les recommandations du service des élections de la préfecture. Apprenant ce recours, la chef de ce service nous fait part de son incompréhension et de ses regrets. Notre interprétation était peut être erronée, mais il n’y avait eu aucune volonté de notre part d’exclure qui que ce soit qui aurait pu rester dans ce bureau.

La décision est mise en délibéré. Celui-ci tombe le 12 juin : l’élection est annulée, mais le maire peut être, bien entendu, candidat. Nous disposons d’un mois pour interjeter appel. Nous décidons de ne pas avoir recours à cette possibilité et confirmons que nous nous présenterons à nouveau le 14 septembre.

Le 16 juillet, nous quittons donc la mairie qui sera administrée par une délégation spéciale composée de 3 personnes nommées par le Sous-Préfet. La première vient de Meylan, la deuxième de Lyon et la troisième de St Agnin sur Bion. N’aurait-on pas pu solliciter des anciens maires de la région ?

Pendant deux mois, seules trois permanences sont tenues en mairie à destination des habitants. Heureusement que nous étions en période de vacances et qu’aucun problème grave n’est survenu.

Le résultat du vote du 14 septembre confirme, en l’amplifiant, celui du 23 mars. Les électeurs sont moins nombreux à s’être mobilisés, 67% contre 81%. Ma liste obtient près de 81% des suffrages et bien entendu 15 élus. C’est 8 % de plus qu’en mars. Et presque un plébiscite.

Les urnes ont parlé. Elles confirment ce que tout le monde pensait. A savoir qu’il n’y avait pas eu fraude en mars dernier. En augmentant très sensiblement notre score du mois de mars, les électeurs nous ont rendu notre légitimité et notre honneur.

 

La municipalité, identique à celle de mars, est réélue le 19 septembre. Je retrouve mon bureau et de multiples problèmes.

Nous nous sommes remis au travail. Nous avons dû réélire les membres des commissions, les délégués aux différents syndicats. Que de temps perdu !

Mais cette situation, que je n’aurais jamais imaginée après 33 ans de présence au conseil municipal, laisse forcément des traces. 

Ayant bien entendu Monsieur le Sous-Préfet nous préciser que ce n’était, après tout, qu’une sanction administrative, je positive et attends sereinement le scrutin du 14 septembre. Mais, il n’en est pas de même du côté de ma famille qui sait tout le temps et l’énergie que je consacre à cette fonction.

 

Malgré tous ces évènements, vos élus ont beaucoup travaillé.

 

Nous avons repris le dossier du site Poizat

  • En préparant au niveau administratif le dossier de construction des 6 villas par le bailleur Habitat Dauphinois, au nord de la parcelle

  • En faisant avancer le projet de l’aménagement de la partie basse avec la maison du Patois qui sera à destination intercommunale et aux locaux à destination de nos infirmières et d’un laboratoire

  • En répondant favorablement à la proposition de la DTT de nous accorder 5 nouveaux logements.

 

Nous avons également :

  • Lancé, en concertation avec le comité de clocher, les travaux nécessaires dans notre église.

  • Lancé la procédure de révision de notre POS avec son passage en PLU. Une carte des aléas est en cours de réalisation. De nouvelles réunions de travail auront lieu tout au long de l’année.

 

Nous nous sommes, à nouveau, investis dans les différents syndicats.

 

Pour ma part, j’ai retrouvé la présidence du SIVOS. Merci à Christian Manin qui a assuré l’intérim de la présidence. 

La rentrée scolaire, avec 133 élèves, s’est déroulée dans de bonnes conditions. Une 6ème classe aurait pu être ouverte. L’académie n’ayant pas donné suite, nos classes ont un effectif chargé. Le cours préparatoire a été scindé entre les deux écoles. 

Les nouveaux horaires scolaires avec classe le mercredi matin sont effectifs depuis le début de l’année scolaire. Le conseil syndical, le bureau, les commissions ont beaucoup travaillé. Le système d’inscriptions aux différents services par internet donne satisfaction aux parents. Les Temps d’Activités Périscolaires pourront, grâce à la modification de ses statuts, être organisés par le SIVOS.

 

Notre CCAS a vu arriver de nouveaux membres. Je remercie les membres sortants pour leur implication. Nous continuerons à œuvrer en faveur de nos habitants dans la discrétion.

 

En cette année de commémoration du début de la Première Guerre Mondiale, plusieurs associations se sont réunies pour proposer des animations :

  • Visite à Pressins le 18 septembre

  • Traditionnelle cérémonie au monument aux morts le 11 novembre suivie d’un repas au Petit Campagnard

  • Animation avec Lionel Fenoy le 7 décembre

 

Notre restaurant, le Petit Campagnard, a été à l’honneur avec l’attribution du label « bistrot de Pays ». Il fait partie des 4 établissements retenus. Bravo à son propriétaire pour cette distinction méritée.

 

Vos élus souhaitent que notre village soit toujours accueillant et paisible. Nous avons participé à l’opération village propre. Nous demandons à tous les habitants de respecter l’arrêté du préfet interdisant de brûler les déchets.

 

Nos associations sont toujours aussi dynamiques. Même si la météo n’a pas été toujours favorable, leurs manifestations ont connu le succès. Qu’elles sachent que les élus apprécient l’engagement de tous les bénévoles qui participent à l’animation de notre village.

 

En 2015,

 

Au niveau communal, notre effort portera sur l’aménagement du site Poizat et notamment de la construction de la Maison du Patois qui sera à vocation intercommunale. Avec une estimation de 450 000 €, c’est un investissement très lourd pour notre commune.

Mais je sais pouvoir compter sur :

  • Les fonds propres de la commune qui a prévu dans son budget depuis plusieurs années cet investissement

  • Une participation de 40 000 € du groupe patois pour la construction

 

Des subventions seront sollicitées auprès L’Etat, la Région , le Cnseil général et la CCPR.

Cinq logements sociaux pourraient être aménagés au-dessus de la partie communale. Le conseil municipal a, en effet, à une très forte majorité, répondu positivement à la proposition de la DTT d’ajouter 5 logements au quota déjà validé. Vos élus veulent offrir des possibilités de locations aux foyers modestes qui ne peuvent pas envisager de devenir propriétaires.

 

Le projet d’agrandissement de la caserne de nos sapeurs-pompiers devrait se concrétiser. Il confirme que leur présence est vraiment indispensable sur notre territoire. Leur disponibilité et leur professionnalisme ne sont pas étrangers à ce projet. Il montre que nous avons eu raison de nous opposer avec fermeté au projet de regroupement à Assieu, un moment prôné par les responsables du SDIS.

 

J’ai une pensée pour ceux

  • qui sont malades,

  • qui sont seuls,

  • qui nous ont quittés

  • qui ne savent pas de quoi sera fait demain

 

Je remercie

 

Mes collègues, adjoints et conseillers municipaux, pour leur soutien en ces moments difficiles. A mes côtés, ils seront au service de la population.

Les membres du CCAS

L’équipe pédagogique

Le personnel de la commune et du SIVOS

Les associations et leurs bénévoles pour les activités et les animations proposées

La CCPR et ses services

La gendarmerie

Nos sapeurs pompiers qui assurent une présence permanente rassurante

Les associations caritatives

Mes collègues qui ne se sont pas représentés

 

Je salue Daniel Rigaud, notre conseiller général, qui ne se représentera pas. Il est un élu de terrain à l’écoute des maires. Il a beaucoup œuvré pour que notre canton connaisse un développement économique. Il peut être fier du résultat obtenu avec la création du syndicat mixte chargé de l’aménagement de la zone industrialo-portuaire Sablons-Salaise. Je le remercie et lui souhaite une longue et heureuse retraite. 

 

En mars prochain, les élections départementales, ex cantonales, se dérouleront. Avec 7 autres communes de l’actuel canton de Roussillon, nous rejoindrons celui de Beaurepaire. Le conseil général ayant des compétences très importantes pour les habitants et les communes, ne vous abstenez pas.

 

Je terminerai en remerciant, une fois encore, tous ceux, parmi vous, qui m’avez soutenu :

Mes proches, mes amis, mes collègues, bien sûr ;

Mais aussi les très nombreuses personnes, de notre commune et d’ailleurs, que je connaissais parfois à peine qui m’ont immédiatement assuré de leur soutien.

J’ai pu alors mesurer l’estime et je crois pouvoir dire l’affection que vous portiez à votre maire.

Et c’est, là, le plus bel hommage qu’un élu puisse recevoir.

Je vous souhaite à tous santé, bonheur et fraternité.

Voir les commentaires

Voeux du Maire, dimanche 12 janvier 2014

13 Janvier 2014, 13:26pm

Publié par M. LE MAIRE

C'est en présence de Christian Nucci, vice-président du Conseil général, Daniel Rigaud, conseiller général, Philippe Mignot, conseiller régional et maire de Beaurepaire, Francis Charvet, président de la CCPR et maire de St Maurice l'exil, de nombreux maires, adjoints, conseillers municipaux que s'est déroulée cette cérémonie des voeux:

 

 

"Cette cérémonie des vœux, instituée sur notre commune au cours des années 80, est l’occasion de présenter le bilan d’une année à la population, mais aussi pour les habitants et les élus de notre territoire de se retrouver pour un moment  de convivialité.

C’est donc un événement important que nous avons l’intention de maintenir.

L’année 2013, a   été marquée, comme les précédentes, par  la crise économique, des conflits et des catastrophes naturelles.

 

Elle a aussi vu la disparition de Nelson Mandela. Ce militant de la non violence a su, après 27 années de prison et son élection à la présidence de la république d’Afrique du Sud, faire que ce grand pays en finisse avec l’Arpartheid.

J’ai  revu avec émotion ces belles images de la finale de la coupe du monde de rugby, en 1995, organisée en Afrique du Sud, où nous le voyons apparaître sur la pelouse, avant le match, vêtu du maillot Sud Africain portant le numéro du capitaine François Pinar. A l’issue du match et de la victoire des Springboks, la remise de cette première coupe du monde au capitaine local a aussi marqué les esprits. 

Nelson Mandela sera avec Mahatma Gandhi et Martin Luther King, l’un des trois géants qu’ait connu le 20 ème siècle.

 

En France,

Malgré les mesures prises en faveur des entreprises,

Malgré  les contrats d’avenir pour les jeunes et  de génération pour les seniors, la courbe du chômage ne s’inverse pas aussi vite qu’annoncé de façon bien imprudente. Les plans sociaux succèdent aux plans sociaux. Le mécontentement monte de toute part.

En ces temps très difficiles, ne serait-il pas plus efficace de se serrer les coudes et d’accepter, selon ses revenus, de participer au désendettement de notre pays et à son redressement plutôt que d’entrer dans un corporatisme qui ne débouchera sur rien de positif ?

 

Au sein de notre communauté de communes, après des réunions de groupes de travail ouverts à tous les conseillers municipaux, de nouvelles compétences ont été votées.

Concernant l’assainissement, notre commune restera membre du syndicat intercommunal Dolon-Varèze. Je le regrette. Il faudra bien un jour ou l’autre, et le plus tôt sera le mieux,  que la CCPR ait la compétence de ce service sur l’ensemble de son territoire. C’est une question d’équité.

Enfin, le prochain conseil communautaire passera de 67 à 56 membres. Notre commune, comme 3 ou 4 autres, n’aura plus qu’un délégué mais avec un suppléant.

 

En 2010, au tout début du mois de juin, notre centre social était dévasté par un incendie criminel dont les auteurs courent toujours. 

En 2013, au début de l’automne, après que le conseil syndical ait pu faire aboutir, malgré les nombreux obstacles rencontrés,  le dossier de reconstruction, le nouveau bâtiment a ouvert ses portes. Ce très bel établissement est à la disposition du personnel et de nos populations qui ont accepté, pendant plus de 4 ans, les contraintes liées à l’éparpillement des salles d’activités.

Lors de la très belle cérémonie d’inauguration, le 14 décembre dernier, en présence de très nombreuses personnalités, il a été rappelé que l’intercommunalité au niveau de nos 4 villages fonctionne depuis la fin des années 60 et le début des années 70. La construction par des bénévoles, sous l’impulsion du père André, du foyer intercommunal devenu ensuite centre social en avait  été la concrétisation.

 

Notre regroupement pédagogique intercommunal accueille 139 élèves. C’est un effectif en hausse sensible. 

Renée Vaudaine, responsable du restaurant scolaire à la Chapelle, a fait valoir ses droits à la retraite. Bonne retraite à elle et merci pour le travail effectué. Bienvenue à Marlène Vallin qui a pris le relais.

 

Le SIVOS a  décidé de n’appliquer les nouveaux rythmes scolaires qu’à la rentrée 2014. Depuis juillet dernier, vos élus travaillent  sur ce sujet. 

Nous avons rejoint le centre social et les 3 autres communes pour préparer la rentrée 2014. Merci à Hélène Rival, responsable enfance-jeunesse au centre social pour son implication dans cette préparation des dossiers et l’animation de nos réunions. 

Nous avons rencontré  nos associations dont certaines sont prêtes à participer à ces Temps d’Activités Périscolaires qui doivent permettre aux élèves de se voir proposer des activités de qualité. 

Nous avons rencontré les délégués des parents d’élèves aux conseils d’écoles. Nous nous sommes également renseignés auprès des communes qui ont mis en place ces nouveaux rythmes scolaires dès la dernière rentrée scolaire. Merci à Nadine Troncia et Liliane Badin, respectivement maire et maire-adjointe à Clonas sur Varèze, qui ont bien voulu nous recevoir dans leur mairie pour nous présenter leur programmation. Merci également à Roberte Di Bin ,maire de Sablons, et Yves Schricke, adjoint à Vernioz, pour les informations transmises.

A ce jour, l’académie a fixé les horaires de classe dans nos deux écoles : A La Chapelle ce sera 8h15-11h15 et 13h15-15h30.

Nous travaillerons, dès les prochains jours, sur les Temps d’Activités Périscolaires et le Projet Educatif  de Territoire avec l’obligation de présenter un programme assez rapidement. 

Cette réforme des rythmes scolaires  n’est que la première partie de la refonte de notre école. Tout le monde constate que notre école va mal avec des élèves, de plus en plus nombreux, arrivant au collège en maîtrisant mal la lecture, l’écriture et le calcul. Le dernier classement international, le PISA, confirme un nouveau recul de notre pays avec un écart se creusant entre les classes favorisées et défavorisées. Une nouvelle confirmation que l’ascenseur social dont ma génération a bénéficié ne fonctionne décidément plus.

Suite à de nombreuses études et rapports, dès 2011, il semblait  acquis qu’un consensus existait quant au retour à la semaine de 4 jours et demi et à une durée maximale de la journée scolaire ramenée de 6 heures à 5h1-5h30.

Et voilà que la contestation monte : Les élus auraient des difficultés à recruter des animateurs et ils trouvent que la facture, malgré l’aide de l’Etat, sera lourde. Les parents ont des problèmes d’organisation le mercredi matin. Les enseignants remarqueraient un état de fatigue inhabituel le vendredi. Moi, j’avais plutôt remarqué, quand j’avais la charge d’une classe, que certains enfants étaient très fatigués le lundi.

Il serait temps que l’on mette l’intérêt de l’enfant, et de lui seul, au centre de nos préoccupations. 

Et méditons cette phrase de Nelson Mandela :« L’éducation est l’arme la plus puissante que nous connaissons pour changer le monde ».

 

Notre commune n’a pas vu,  cette année, de programme de travaux important. 

Nous avons répondu au souhait de l’amicale boule en lui permettant de construire un local de rangement à proximité du boulodrome. La commune a fourni les matériaux, les boulistes ont construit le bâtiment et versé une participation financière. Ce bâtiment  a fort belle allure et  s’intègre parfaitement au cadre verdoyant de nos bords de Sanne. Voilà un bel exemple de coopération quand les moyens financiers de la collectivité sont limités.

 

Concernant l’aménagement du site Poizat sur lequel nous travaillons depuis 2009, année de l’acquisition du terrain et de la ferme, nous avons enfin obtenu l’accord de la Direction Départementale des Territoires pour la construction des 6 logements sur la partie haute du terrain. 

Malgré les nombreuses embûches auxquelles nous avons été confrontés, nous n’avons jamais baissé les bras. Une nouvelle fois merci à notre voisine de Ville sous Anjou qui nous a cédé 4 logements sur son quota. Merci également à tous ceux, ils sont nombreux, qui nous ont soutenu ce dossier. Si d’autres communes veulent imiter Ville sous Anjou, nous sommes preneurs.

Nous avons poursuivi la réflexion sur la partie basse avec le projet de la maison du patois et du point santé. Une autre demande nous est parvenue concernant un laboratoire de recherche. 

Connaissant le dynamisme de Lu Z’Arpelauds, je ne doute pas qu’ils sauront utiliser ce nouvel espace pour nous proposer des animations de qualité. C’est pour cette raison que, malgré l’investissement très important qui devra être consacré à ce nouveau bâtiment, j’ai été favorable, dès le début, à sa construction. Là aussi, l’association participera financièrement et peut être manuellement à cette réalisation. Le dossier avance, reste à obtenir le permis de construire et les subventions du Conseil général et du Conseil régional.

 

L’état de notre église nous inquiète à nouveau. Des lézardes apparaissent sur les murs. La corniche, côté nord,  menaçait de se détacher du mur. 

Pourtant, nous avons fait réaliser d’importants travaux en 2006-2007.

Nous avions fait de même en 1992.

Lors d’une réunion tenue en mairie avec le comité de clocher, il a été décidé que des membres de ce comité procéderaient à l’enlèvement de la partie de cette corniche. Ce travail a été effectué le 13 décembre. Un grand merci à Roger Dutal et aux autres personnes qui l’ont aidé pour ce travail délicat. Il est alors apparu que les points d’ancrage au mur sont en bois et complètement vermoulus. Une analyse plus poussée devra être réalisée pour déterminer si les nouveaux désordres ne parviennent pas de là. Cet état des points d’ancrage ne doit pourtant pas dater d’hier. Comment se fait-il que l’architecte ne s’en soit pas aperçue en 2006-2007 ? Si nous devrons nous résoudre à lancer un nouveau programme de travaux,  ce sera le 3ème en moins de 20 ans.

Aujourd’hui, comme hier, nous regrettons que nos prédécesseurs, au début des années 1900, n’aient pas fait preuve de plus de fermeté. Ils avaient alors, dans leur sagesse, prévu la construction d’une nouvelle église à la sortie est du village. Le terrain était choisi, le financement assuré grâce à des subventions et des participations. Mais voilà, semble-t-il, que le curé de l’époque, le père Barral, une forte personnalité selon ceux qui l’ont connu, s’est opposé à ce projet. Il n’aurait pas voulu entendre, depuis son église, les flonflons de la vogue. Il s’est donc ingénié à faire capoter le projet en persuadant les membres du comité de clocher, appelé conseil de fabrique à l’époque, que l’église devait rester où elle était. Il a eu finalement gain de cause, car le Maire, Xavier Rigard, a renoncé à son projet et fait réaliser quelques menus travaux sur l’église.

 

Le CCAS, toujours aussi dynamique, a fêté les anniversaires de trois nouvelles nonagénaires, Elise Dutal, Denise Mandrand et Yvonne Marchand au cours de deux réceptions.  Deux  à la mairie, l’autre à la maison de retraite d’Anjou. 

Lors du repas annuel offert aux aînés, l’animation a été préparée par les membres du CCAS qui n’ont pas hésité à monter sur scène pour présenter une pièce de théâtre, une comédie en un acte qui a ravi l’assistance.

En octobre, la vente de brioches au profit de l’association Espoir a connu le succès avec un bénéfice de 1 400 € environ.

 

Nos associations continuent à proposer activités et manifestations. 

Le comité des fêtes a fêté son 30ème anniversaire, démontrant ainsi qu’une association peut traverser le temps.

Lu Z’arpelauds nous ont bien diverti à la salle Dufeu du Péage de Roussillon avec les Nuits du Patois et un séjour dans une maison de retraite. Ils ont accueilli plus de 1 600 spectateurs en trois séances.

Le sport a été à l’honneur avec l’équipe féminine de foot qui a accédé au championnat national de division 2. Depuis le début de saison, la victoire n’a été qu’une seule fois au rendez-vous. Mais il était prévisible que les rencontres ne seraient plus une promenade de santé. Cette équipe ne doit pas se décourager. Son maintien est encore possible. 

Si nos communes sont animées, elles le doivent aux nombreux bénévoles qui se dépensent sans compter. 

Merci à eux.

 

Le conseil municipal a répondu à l’injonction du préfet qui lui demandait de mettre son POS en révision et de le transformer en PLU. Une délibération a été votée en ce sens. Un urbaniste a été engagé. 

La procédure devrait durer 3 années, mais comme je l’ai déjà dit et écrit à plusieurs reprises, nous ne bénéficierons plus d’une très grande liberté pour désigner les zones de construction.

 

Nous souhaitons que notre campagne reste accueillante. 

Nous avons répondu favorablement à l’initiative de la commission environnement de la CCPR qui souhaitait qu’une journée « village propre » soit organisée le même jour dans chaque commune de son territoire. Ce samedi matin-là, quelque 45 personnes se sont retrouvées pour ramasser les déchets qui traînaient ici ou là. La matinée s’est poursuivie autour d’un repas dans cette même salle.

 

Cette année, notre commune a été concernée par les opérations de recensement. Elles ont été réalisées par nos deux secrétaires Céline et Eliane. 

L’INSEE nous a informés que notre commune compte désormais 722 habitants. Elle était  de 699 au recensement de 2011. Elle en comptait moins de 500 en 2000 et a donc augmenté de 44%.


Les cérémonies du 11 novembre connaissent une belle fréquentation dans notre commune. Lors de la dernière ce sont plus de 100 personnes qui se sont retrouvées autour du monument aux morts. 

Pour célébrer le 100ème anniversaire du début de la Première Guerre Mondiale, le conseil municipal a décidé de créer une commission ouverte à tous ceux qui souhaitent apporter leur contribution pour qu’une manifestation soit organisée en 2014.

 

Comme vous le savez, les 23 et 30 mars prochains, seront organisées les élections municipales.

Comme la motivation est toujours là et qu’il reste des projets importants à concrétiser , après mûre réflexion et quelques hésitations, j’ai proposé d’être candidat à ma propre succession au poste de maire.

9 conseillers sortants ayant décidé de ne pas se représenter, je conduirai donc une liste renouvelée aux deux tiers avec, une nouvelle fois, la parité et 8 dames et 7 messieurs.

A la Chapelle, nous n’avons pas besoin de loi pour l’appliquer.

 

Proximité des élections municipales oblige, je ne vous parlerai pas des projets 2014.

 

Je n’oublie pas ceux

qui sont malades,

qui sont seuls,

qui nous ont quittés

qui voient leur avenir s’assombrir.

 

Je remercie

Mes collègues, adjoints et conseillers municipaux, pour leur engagement au service de la collectivité

Les membres du CCAS

L’équipe pédagogique

Le personnel de la commune et du SIVOS

Les associations et leurs bénévoles pour les activités et les animations proposées

La CCPR et ses services

La gendarmerie

Nos sapeurs pompiers qui assurent une présence permanente rassurante

Les associations caritatives

 

Je vous souhaite à tous santé, bonheur, fraternité dans notre beau pays qui, je l’espère, retrouvera la croissance et le moral."

Voeux du Maire, dimanche 12 janvier 2014
Voeux du Maire, dimanche 12 janvier 2014
Voeux du Maire, dimanche 12 janvier 2014

Voir les commentaires