Bien vivre à La Chapelle de Surieu, le blog de Mr le Maire

JEAN-NOËL

14 Décembre 2018, 08:48am

Publié par M. LE MAIRE

JEAN-NOËL

Ce jeudi 13 décembre, une foule immense a accompagné Jean-Noël Marchand à sa dernière demeure.

Les différents témoignages, au cours de la cérémonie, ont confirmé  combien  il était apprécié pour son engagement en faveur des autres, pour son exemplarité, pour sa bonne humeur et son sourire.

Gaby Girard, maire de la commune, a rendu hommage à son collègue et ami qui était son adjoint au sein de la municipalité :

Jean-Noël,

 

Tu es entré au conseil municipal en 2008.

Tu es alors membre de la commission des finances, de la commission urbanisme environnement et agriculture et du centre communal d’action sociale.

Tu t’impliques aussitôt au sein des commissions et du conseil municipal.

 

Tu es réélu au conseil municipal en mars et septembre 2014.

Tu acceptes de devenir l’un de mes maires-adjoints.

Tu es alors responsable de la commission urbanisme environnement et agriculture et membre de la commission d’appels d’offres.

Tu es délégué titulaire de la commune au SASS Syndicat de nos 4 communes qui gère le centre social et les équipements sportifs.

Tu es vice-président chargé des équipements sportifs que tu connais bien pour avoir été un joueur de talent et président  du club de football local pendant de très nombreuses années.

Tu es aussi délégué titulaire au syndicat hydraulique de la Sanne.

Tu t’engages avec conviction et compétence  au sein de ces structures.

 

Tout au long de ces dix années passées au conseil municipal, tu as toujours eu comme seul objectif :

  • Le bien-être de nos administrés
  • Le souci d’une saine gestion de nos finances
  • Le dialogue et la concertation avec tous pour trouver la meilleure solution
  • La solidarité envers les personnes qui rencontrent des difficultés financières ou de santé.

Tu as toujours été très présent dans nos réunions et sur le terrain n’hésitant pas à intervenir avec ton matériel si cela te paraissait possible et nécessaire.

Tes avis, tes conseils ont  toujours  été marqués du sceau du bon sens.

 

Au sein de la commission urbanisme environnement et agriculture que tu animais, tu as toujours eu le souci de concilier agriculture et protection de l’environnement.

Délégué de la commune à la commission ambroisie de la CCPR, tu as suivi, chaque été, le développement de cette plante et ta connaissance parfaite du terrain m’a été très utile pour rappeler à leurs obligations les réfractaires aux actions à conduire.

 

Au sein du syndicat de la Sanne, tu as œuvré pour que les protections nécessaires soient réalisées.

 

En 2016, tu nous annonces souffrir du cancer. Tu subis une très lourde opération. Mais, dès que ta santé s’améliore un peu, tu reprends tes activités au sein du conseil municipal.

Jamais nous ne t’entendrons te plaindre sur ton sort malgré le mal qui continue sournoisement à te ronger.

 

Malgré tes problèmes de santé, tu t’attaches à trouver une solution, et surtout un emplacement pour que le département puisse, enfin,  installer cette antenne pour la téléphonie mobile.

Tu réussis, là où nous avons échoué auparavant.

Agnès, ta sœur accepte de céder, chemin du Clos,  la surface nécessaire à cette implantation.

L’antenne est installée, mais les travaux ne sont pas achevés.

Tu n’auras donc pas la satisfaction de voir nos téléphones mobiles pouvoir fonctionner normalement sur notre commune.

Mais nous n’oublierons pas et, sans doute la population avec nous,  ton engagement sur ce dossier qui nous a valu tant de récriminations de la part de ceux qui attendent ce service et de la part de ceux qui veulent ce service mais avec une antenne loin de chez eux.

 

Depuis septembre dernier, ton état s’aggrave. Tu subis des séances de chimio qui te font souffrir.

Malgré ton état de santé qui se dégrade, tu me rends souvent visite à la mairie, tôt le matin, et tu fais le point sur la vie de la commune et du conseil municipal.

Alors que tu souffres dans ta chair tu t’inquiètes de la santé des uns et des autres dont les maladies ou les opérations ne sont rien par rapport à celle qui s’acharne sur toi.

 

Lors de ma dernière rencontre à ton domicile, tu m’as encore interrogé sur les décisions du conseil municipal et la vie de tous les jours. Tu as très peu parlé de toi et de tes souffrances.

 

Jean-Noël, tu as été un collègue, je crois pouvoir dire un ami, toujours solidaire dans les moments difficiles que nous avons vécus au cours de ce mandat.

Tu t’inquiétais alors de mes ressentis face à ces difficultés. Ce souci m’a beaucoup touché.

 

Jean-Noël, nous garderons, je garderai le souvenir d’un homme de conviction qui a toujours eu le souci d’oeuvrer en faveur de la collectivité.

Jamais, tu n’as fait passer ton intérêt personnel avant celui des autres.

Tu aurais pu et dû devenir celui qui dirigerait notre commune.

Et ton exemple devrait être suivi par tous.

 

Jean-Noël, nous conserverons de toi, aussi,  le souvenir d’un homme  toujours souriant,  toujours de   bonne humeur.

Désormais, un grand vide va exister autour de la table du conseil municipal.

Mais là où tu seras,  tu pourras voir que nous ne t’oublierons  pas et que nous continuerons  à faire  nôtre ton  sens de l’engagement au service de la collectivité.

Cela, je te le promets.

 

Jean-Noël repose en paix.

 

Nos très sincères condoléances à toute ta famille.

Voir les commentaires