Bien vivre à La Chapelle de Surieu, le blog de Mr le Maire

Courrier à une habitante...

27 Mars 2017, 10:03am

Publié par M. LE MAIRE

Madame,

Lors de notre entretien, vous vous êtes élevée contre le fait que des chiens aboient au passage de promeneurs, de cyclistes … et m’avez demandé de dresser un procès un verbal. Vous avez également abordé l’état de nos chemins ruraux.

En ce qui concerne l’aboiement passager des chiens, il faut que nos nouveaux habitants qui ont choisi de vivre dans notre charmante commune, sachent que s’ils peuvent profiter d’un air moins pollué qu’ailleurs, du gazouillis des oiseaux, des fleurs, de sentiers de promenade… ils doivent accepter l’aboiement d’un chien quand ils passent devant « sa maison », du chant du coq, du ronflement des machines agricoles, même la nuit si la situation l’exige. J’ai été très clair, à ce sujet, dans ma profession de foi, en 2001, à l’occasion des élections municipales. Bien entendu, si un ou des chien(s) aboie(nt) sans cesse, je ne manque pas d’intervenir auprès des propriétaires concernés et je leur conseille de s’équiper de collier(s) adapté(s).

Je vous rappelle que les chemins ruraux ne bénéficient pas des mêmes règles d’entretien que les chemins communaux. Les chemins ruraux qui donnent accès à des habitations, il en existe quelques-uns sur notre commune, doivent être entretenus pour permettre aux habitants d’accéder sans difficulté à leurs logements. C’est pour cette raison, qu’en 2015, nous avons fait reprendre les impasses de la Gerbaudière, des Brosses, les chemins du Grand Plan et de Bruyasset. Pour les autres, il suffit de faire en sorte que les machines agricoles puissent circuler. Au niveau du fauchage et de l’élagage de nos chemins, nous avons modifié le mode d’opération pour des raisons budgétaires, mais aussi dans un souci de protéger la faune et la flore. Nous ne faisons plus « tondre » les buttes comme par le passé.

Nos chemins communaux sont dans un état très acceptable. Les différentes municipalités se sont toujours attachées à ce qu’il en soit ainsi. Depuis que la CCPR a la compétence voirie, chaque année, des travaux sont réalisés en fonction des besoins et des crédits votés pour la voirie. Si des usagers empruntent des chemins ruraux pour circuler, ils doivent accepter l’état dans lequel ils se trouvent.

Je reste à votre disposition.

Mr le Maire.