Bien vivre à La Chapelle de Surieu, le blog de Mr le Maire

Voeux du Maire, le 10 janvier 2016

11 Janvier 2016, 10:42am

Publié par M. LE MAIRE

C’est en présence d’une assemblée très nombreuse que Gaby Girard, Maire de la commune, a présenté ses voeux.

Messieurs Nucci et Francis Charvet, respectivement présidents des communautés de communes du territoire de Beaurepaire et du pays roussillonnais, les maires ou leurs représentants des communes de notre territoire, des anciens maires... ont honoré de leur présence cette cérémonie.

Voeux du Maire, le 10 janvier 2016
Voeux du Maire, le 10 janvier 2016
Voeux du Maire, le 10 janvier 2016

Discours prononcé par Mr le Maire:

 

Tout d’abord, merci d’avoir, une nouvelle fois, répondu très nombreux à notre invitation.

Cette traditionnelle cérémonie des vœux permet de présenter le bilan de l’année écoulée, le programme de l’année à venir et surtout un moment de convivialité bien appréciable en ces temps difficiles. Et puis, vous savez que vous pouvez repartir de La Chapelle avec l’excellent boudin proposé par l’amicale de nos sapeurs-pompiers.

 

Lors de la cérémonie de 2015, le 11 janvier, nous étions sous le coup de l’émotion, de l’incompréhension et de la colère après les tueries,  des 7 au 9 janvier, qui avaient fait 17 morts et de nombreux blessés. Les terroristes s’en étaient alors pris à la liberté de la presse avec Charlie Hebdo, aux forces de l’ordre avec une policière et à une religion avec les clients d’une épicerie cacher. Ce même jour, de très imposantes manifestations à Paris et dans de très nombreuses villes montraient la détermination du peuple de France à rester debout et à faire face.

Le 13 novembre dernier, à Paris et à St Denis, aux abords du stade de France, des barbares ont récidivé en s’en prenant cette fois au sport, à la culture et aux personnes prenant ensemble un verre ou repas sur des terrasses. Avec 130 morts et plus de 300 blessés, le bilan est terrifiant.

Face à cette tragédie, la France est restée, à nouveau, debout. Nos dirigeants ont su se montrer à la hauteur de leurs responsabilités en prenant les bonnes décisions. Nos forces de l’ordre et les secours ont fait preuve d’une grande maîtrise et d’une efficacité qui forcent notre admiration.

L’Etat d’urgence a été décrété pour 12 jours par le Président de la République, puis prolongé de 3 mois par nos assemblées. Nous devons vivre désormais avec le risque que d’autres attentats puissent avoir lieu un jour ou l’autre. Nous devons accepter certaines contraintes. Mais il faut montrer que la vie ne s’arrête pas.

 

En France, deux élections locales ont été organisées au cours de 2015.

 

Les départementales, en mars, avec un canton de Roussillon remodelé avec l’intégration du territoire de Beaurepaire.

Je renouvelle mes vœux de réussite aux nouveaux élus de notre canton, Sylvie Dézarnaud, maire de Revel Tourdan, et Robert Duranton, maire de Roussillon, ainsi qu’au président du Conseil départemental, Jean-Pierre Barbier. 

Je n’oublie pas les sortants qui ne se représentaient pas.  Daniel Rigaud, conseiller général de notre canton, et Christian Nuccci, vice-président, ont toujours été à notre écoute et ont étudié avec bienveillance nos demandes de subventions. Merci à eux pour leur engagement au service du département, de ses communes et de ses habitants.

 

Les régionales avec un nombre de régions passant de 22 à 12 a vu des résultats en demi-teinte. C’est Marie-Thérèse Lambert, maire-adjointe à Roussillon et suppléante de notre député, qui représentera notre secteur. Mes vœux de réussite également.

Un regret à l’attention de Philippe Mignot, conseiller régional sortant, qui ne retrouve pas son  poste. Son travail et sa présence sur le terrain n’ont pas été pris en compte et c’est bien regrettable.

 

Notre communauté de communes, avec plus de 50 000 habitants, poursuit sa marche en avant et ses coopérations avec ses voisins. Le conseil communautaire a, une nouvelle fois, voté contre l’orientation de fusion et non plus de prescription de fusion avec Vienne Agglo prescrite par le nouveau préfet de l’Isère. Il a ouvert la porte à son voisin beaurepairois si celui-ci souhaite le rejoindre.

Votre conseil municipal a émis le même vote, à l’unanimité. Non à l’orientation de fusion avec Vienne Agglo avec laquelle nous n’avons à ce jour aucun projet. Oui à une fusion avec le territoire de Beaurepaire qui est notre voisin le plus proche si c’est son souhait.

 

L’avenir de la clinique St Charles est devenu un vrai serpent de mer. Ce sujet revient, en effet périodiquement, à la une de l’actualité de notre territoire. Prévu pour un déplacement sur la commune de Salaise sur Sanne, cet établissement resterait finalement dans ses murs avec une mise aux normes. 

Pourquoi ne pas y avoir pensé avant ? Verra-t-on, comme cela semble se profiler, un établissement proposant un service d’urgence et seulement des soins ambulatoires ? Le territoire concerné, avec plus de 100 000 habitants et des établissements industriels à risques  devrait disposer d’un établissement qui réponde à tous les besoins.

 

Notre regroupement pédagogique intercommunal accueille plus de 130 élèves répartis dans 5 classes. Les services : garderie périscolaire et restaurant scolaire accueillent un nombre d’enfants plus important qu’au cours des années précédentes. C’est avec satisfaction que les élus notent une stabilité au niveau des équipes pédagogiques.

 

En septembre, nous avons, enfin, pu mettre en place les Temps d’Activités Périscolaires. 

Ces animations proposées les lundis et jeudis voient toujours un membre du personnel du SIVOS encadrer les participants aux côtés de l’animateur. 

Au cours des deux premiers cycles, ce sont  77 enfants qui ont participé aux activités proposées. Pour le troisième cycle en cours, ce sont à nouveau 38 enfants qui sont inscrits. Les échos qui remontent jusqu’à nous montrent une satisfaction des participants. Ces activités sont payantes avec un tarif dégressif suivant le nombre d’enfants par famille. Cette participation financière ayant été annoncée, les familles n’ont pas eu de mauvaise surprise.

C’est le SIVOS, élus et secrétaire, qui préparent les plannings et gèrent les inscriptions. La dépense engendrée par ces activités devrait être couverte par la participation des familles et le fonds d’amorçage de 50 € par an et par élève. Je  remercie vivement tous ceux qui ont été à mes côtés pour préparer et organiser ces activités.

 

Nous avons complété l’équipement informatique de nos classes élémentaires. Chacune d’elles dispose, depuis la rentrée, d’un tableau interactif et du matériel vidéo qui doit l’accompagner. 

 

Le budget du SIVOS, avec une participation à hauteur de 62% de notre commune, a légèrement augmenté. Malgré les baisses de dotations, nous continuerons à faire de l’école notre priorité. Mais, ce budget ne pourra être extensible à l’infini.

 

A La Chapelle de Surieu, nous avons fait isoler et repeindre le préau par une entreprise. Nos agents ont repeint une classe. Merci à eux pour la qualité de leur travail.

 

Notre commune a vu enfin la construction et la livraison de six nouveaux logements abordables. J’avais signé le permis de construire fin décembre 2011. Construits par Habitat Dauphinois, ils ont accueilli leurs locataires au début du mois de décembre. Nous avons enregistré plus de candidatures que de logements disponibles. C’est bien la preuve que ce type de logements, en milieu rural, est apprécié et nécessaire.

Notre commune dispose désormais de 16 logements abordables.

 

Comme annoncé, lors des vœux de 2015, notre église a fait l’objet d’un programme de travaux au niveau de la corniche qui a été enlevée en partie et remplacée par une plus légère. Cette fois, nous n’avons pas fait appel aux services d’un architecte et tout s’est déroulé comme prévu. Merci aux entreprises Dutal et Guillois qui ont parfaitement répondu à notre attente en réalisant un travail de grande qualité. Merci au comité des clocher, aux élus présents tout au long de ce chantier et à nos agents d’entretien qui ont participé au démontage de la corniche et au nettoyage des lieux.

 

Après le désamiantage du bâtiment existant et sa démolition, la construction de la partie communale avec une salle associative dédiée essentiellement au groupe patois et des locaux commerciaux a enfin commencé.

Malgré les nombreux écueils rencontrés depuis 2009, année de l’acquisition de cette parcelle, nous n’avons jamais renoncé. Cette  salle socio-éducative dont le coût avoisinera les 450 000 € HT sera subventionnée par l’Etat, le Conseil départemental, le Conseil régional et la Communauté de communes avec un fonds de concours. Elle bénéficiera aussi d’une participation  du groupe patois de 40 000 €.

Je remercie bien entendu toutes ces collectivités d’avoir répondu positivement à notre demande de subvention. Les locaux commerciaux dont la dépense est estimée à 300 000 € HT seront occupés par nos infirmières et un laboratoire de recherche. Il reste actuellement 75 m² disponibles qui pourront être divisés. Tous les futurs utilisateurs ont été associés à la réalisation des plans. A la rentrée prochaine, ces bâtiments seront mis à la disposition de ses utilisateurs. Cet important programme sera financé sans recours à l’emprunt.

 

Le groupe patois disposera d’un local de qualité pendant de très longues périodes de chaque année. Je suis sûr qu’il en fera bon usage et qu’il présentera un programme d’animation de grande qualité qui sera un plus pour notre commune et sa région.

 

Comme vous le savez notre Plan d’Occupation des Sols est en révision pour passer en Plan Local d’Urbanisme. Plusieurs réunions de travail se sont déroulées au cours de l’année écoulée. Je regrette que la réunion publique du 6 juillet ait rassemblé moins de 10 personnes. Les brillants exposés concernant le SCOT et ses orientations et le diagnostic agricole méritaient mieux.

 

Notre commune est très mal couverte par la téléphonie mobile. 

Une pétition lancée au printemps n’a pas recueilli un aussi grand nombre de signatures qu’espéré. Elle a néanmoins été adressée à la sous-préfecture, au Conseil départemental et aux opérateurs.

Si la sous-préfecture et le Conseil départemental se sont saisis du dossier, les opérateurs n’ont pas daigné nous répondre directement. La préfecture a mandaté un bureau d’études qui a conclu à une très mauvaise couverture de notre commune. J’ai reçu le 5 janvier deux responsables de l’opérateur Orange. Ils m’ont confirmé la mauvaise couverture de notre commune. Pour eux, la seule solution pour voir évoluer cette situation, ce serait d’être classé en zone blanche et d’être retenu dans un programme de couverture.

 

Nous avons relancé le dossier de l’accessibilité à tous nos bâtiments publics.

Dans le cadre de l’Agenda d’Accessibilité Programmé (Ad’Ap), un dossier a été adressé à la préfecture accompagné d’un calendrier des travaux. Nous avons souhaité des dérogations :

  • Pour cette salle et la plate-forme qu’il faudrait installer pour accéder à la scène avec un coût estimé à 40 000  € HT
  • Pour l’allée du cimetière avec un revêtement contrasté

 

Comme prévu, le SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Sécurité) a déposé une demande de permis de construire pour l’agrandissement de la caserne de nos sapeurs-pompiers qui confirment avec 200 sorties en 2015 qu’ils sont un maillon indispensable et nécessaire au sein de ce service. Le permis de construire a été instruit très rapidement par les services urbanisme de la CCPR en étroite concertation avec le SDIS et moi-même.

 

Malgré les investissements très importants que nous avons programmés, nous n’oublions pas le quotidien. Des chemins communaux et ruraux ont été repris avec de l’enrobé à chaud ou du bi-couche. Les opérations de fauchage et d’élagage ont été réalisées avec le souci de protéger la flore et la faune. Les berges du ruisseau le Sonnet ont été confortées.

 

Avec le concours du SEDI (Syndicat Energie du Département de l’Isère) nous avons fait réaliser un diagnostic de notre éclairage public. Le bilan montre qu’il faut rénover le réseau de la partie haute de la route de l’église. Mais, l’état général des autres réseaux est très satisfaisant. Il est vrai qu’ils ont été installés à partir des années 2000.

 

Avec mes  adjoints, nous avons surveillé le développement de l’ambroisie. Et nous pouvons donc affirmer que cette plante ne se développe pas plus qu’ailleurs, sans doute moins. Il n’était pas utile qu’un de nos administrés écrive à Madame le Sous-Préfet de Vienne pour déplorer le développement de cette plante sur notre commune.

 

Le CCAS a décidé de maintenir le colis de Noël pour les personnes âgées de 75 ans et plus et le repas pour celles ayant 65 ans et plus. Il reste à l’écoute des personnes en difficulté et les aide si besoin.

 

Nos associations animent notre village tout au long de l’année et nous les en remercions. 

Le comité des fêtes est en train de réussir un pari osé : organiser une journée plein air à la fin du mois de juillet. En 2015, se sont 380 personnes qui ont répondu à l’invitation pour participer à de la randonnée, à du VTT ou du trail. Bravo et merci aux organisateurs pour cette belle matinée qui s’est poursuivie autour d’un bon repas sous les ombrages de la Sanne.

Le feu d’artifice avec repas et bal populaire organisé le 13 juillet par l’Amicale des Sapeurs- pompiers attire toujours une foule aussi nombreuse.

Le Sou des écoles continue, grâce à  son dynamisme, à financer de nombreuses activités scolaires. Les élus apprécient à sa juste valeur cette participation qui permet aux enseignants de programmer des sorties et des spectacles.

Nous continuerons à aider tous ces bénévoles avec des subventions et la mise à disposition de nos salles.

 

Nos sportifs sont à l’honneur.

L’équipe féminine de foot, au plus haut niveau de la ligue Rhône-Alpes, est seconde de sa poule, à un point de la réserve de l’Olympique lyonnais. Une vraie performance qui la conduira, sans doute, vers les poules de qualification pour la montée en deuxième division.

La ferme équestre de la Cunière a trusté les titres de champions de France. Aux championnats d’Europe, en Allemagne, Julian Froissard  a décroché un titre de champion. 

Bravo à tous pour ces excellents résultats.

 

En 2016,

 

Après avoir subi une baisse des dotations de l’Etat, notre budget sera impacté par la diminution de la Dotation de Solidarité Communautaire.

Le préfet, le 10 octobre dernier, au congrès des maires à St Maurice l’Exil, a annoncé que les communes pouvaient diminuer leurs frais de personnel pour absorber les baisses de dotations de l’Etat. Et bien qu’il m’explique comment faire dans notre commune avec un personnel déjà limité au maximum avec 28 heures par semaine de secrétariat et 20 heures par semaine à l’entretien  renforcé provisoirement avec un contrat aidé de 24 heures.

Nos dépenses  de fonctionnement ne pourront  pas être diminuées sensiblement.

La conséquence de ces baisses de dotations sera donc une diminution stricte de nos investissement et donc moins d’activités pour nos entreprises.

 

Le SIVOS qui gère notre regroupement pédagogique intercommunal fêtera son 30ème anniversaire cette année. Etant membre de ce syndicat depuis sa création, je peux mesurer l’évolution constante de cette structure.

Je souhaite, je l’ai déjà dit, que la participation de nos deux communes à son budget avec des clés de répartition basées sur la population, le nombre d’élèves et l’indice de richesse, soit revue.

 

Le bâtiment communal devrait être livré fin juin, si la météo hivernale ne retarde pas les travaux.

 

L’agrandissement de notre centre de secours devrait commencer en avril prochain.

 

Au niveau de notre regroupement pédagogique, avec un effectif annoncé à 139 élèves à la rentrée prochaine, nous demandons l’ouverture d’une quatrième classe en élémentaire. Le SIVOS et les deux conseils municipaux ont délibéré en ce sens. Avec Robert Mouchiroud, mon collègue de St Romain, nous avons reçu, à sa demande, le 4 janvier, Monsieur l’inspecteur de l’Education nationale de Vienne 2. Nous lui avons confirmé notre demande d’ouverture d’une 4ème classe en élémentaire et confirmé qu’un local serait disponible, si nécessaire, à St Romain de Surieu.

 

Le PLU devra se concrétiser et être prêt pour l’enquête publique et son adoption par le conseil municipal. Des artisans nous sollicitent pour disposer d’un terrain. Nous sommes toujours ouverts à une coopération avec notre voisine de St Romain pour la création d’une zone artisanale intercommunale.

 

Une réflexion sera conduite sur la coupure ou non d’une partie de notre éclairage public de 23 heures à 5 heures du matin. Il est possible aussi de réduire l’intensité de cet éclairage. Une économie de 30 à 50% peut alors être réalisée.

L’éclairage public de la partie supérieure de la route de l’église devrait être remplacé et complété par le SEDI avec une participation communale à hauteur de 20%.

 

Des travaux, très importants, pour protéger une maison des crues de la Sanne pourraient être programmés en concertation avec le syndicat qui gère cette rivière.

 

Notre bibliothèque intercommunale, gérée jusqu’à maintenant par le SIVOS et animée par les bénévoles de l’association « Les amis de la bibliothèque intercommunale La Chapelle-St Romain »,  devra adapter son statut au nouveau fonctionnement avec la médiathèque de St Maurice l’Exil comme tête de réseau. Il faudra que ses bénévoles de nos deux villages auxquels se sont joints ceux d’Assieu puissent continuer à l’animer. Il faudra que tout se déroule dans la concertation entre tous les partenaires.

 

Le premier programme d’accessibilité à nos bâtiments publics concernera le groupe scolaire.

 

J’ai une pensée pour ceux

  • Qui sont malades
  • Qui sont seuls
  • Qui nous ont quittés

 

Je remercie

Mes collègues  maires-adjoints et conseillers pour leur participation active à la vie du conseil municipal

Le conseil syndical du SIVOS très sollicité au cours de l’année écoulée

Les membres du CCAS toujours aussi dévoués

L’équipe pédagogique

Le personnel de la commune et du SIVOS

Les associations et leurs bénévoles

La CCPR  et ses services

La gendarmerie

Nos sapeurs-pompiers qui ont effectué plus de 200 sorties

Les associations caritatives de plus en plus sollicitées.

 

Je terminerai avec cette  phrase d’Yitzak Rabin

« Les actes de terrorisme ne peuvent jamais se justifier, quelque raison que l’on puisse faire valoir ».

Et en vous vous présentant à vous tous ainsi qu’à ceux qui vous sont chers mes meilleurs vœux pour 2016.