Bien vivre à La Chapelle de Surieu, le blog de Mr le Maire

Voeux du Maire

13 Janvier 2015, 17:21pm

Publié par M. LE MAIRE

Voeux du Maire

Cette cérémonie de présentation des vœux ne sera pas, comme le voulait la tradition, la dernière dans les communes du territoire de notre communauté de communes.

En effet, trois collègues ont décidé de programmer la leur plus tard afin d’éviter que plusieurs d’entre elles ne se déroulent le même jour et parfois à la même heure.

Elle est par contre la première de cette mandature à La Chapelle de Surieu,

mandature qui a connu une situation tout à fait inédite au printemps dernier.

 

Notre territoire a vu l’élection de 10 nouveaux maires. Certains d’entre eux sont à mes côtés. Je leur souhaite bon vent dans cette période difficile.

 

En 2014, dans le monde, la violence s’est encore propagée dans de trop nombreux pays. Elle a malheureusement souvent fait la une de l’actualité.

Quand j’ai rédigé ce passage sur la violence, j’étais à mille lieux de penser que le mercredi 7 janvier, la France serait le théâtre d’un odieux attentat. En abattant froidement des journalistes et des policiers qui veillaient à leur sécurité, ces terroristes s’en sont pris à la liberté de la presse et à ceux qui assurent la protection de cette liberté.

Le 9 janvier, trois terroristes ont été abattus par nos forces de l’ordre qui ont montré, en cette situation dramatique, leur détermination et leur haut niveau de compétence. Suite à ce drame qui a fait 17 victimes innocentes, la France a su, comme elle sait le faire dans les moments difficiles, se retrouver unie. C’est là la seule réponse possible face à ce drame qui est survenu malgré tous les efforts déployés par ceux qui nous protègent pour éviter ces crimes abominables.

Attention, toutefois, sous le coup de l’émotion et de la juste colère qui nous étreignent à ne pas faire d’amalgame. Faisons nôtre cette phrase de Charb, directeur de Charlie Hebdo et victime de cette barbarie : « Je préfère mourir de bout, que vivre à genoux ».

Je vous demande maintenant une minute de silence.

 

En Europe, les élections des députés ont connu, à nouveau, un record d’abstentions. Il serait temps que cette large union fasse en sorte que ce soit le progrès social qui soit le moteur de sa politique. Il faudrait aussi que son action soit plus lisible et que ses technocrates cessent de nous inonder de réglementations de plus en plus contraignantes et souvent inapplicables.

 

En France, la crise est toujours là et la morosité s’installe..

Même si la situation est très difficile, nous sommes en droit d’attendre de nos gouvernants qu’ils nous indiquent une direction claire avec la volonté d’un partage des efforts suivant les moyens de chacun. 

Le monde change très vite. Les réformes sont donc nécessaires. Mais pour aller de l’avant, il faudrait bousculer tous ces corporatismes qui veulent bien les accepter à condition qu’elles ne s’appliquent qu’aux autres.

 

Notre communauté de communes a vu un grand nombre de ses délégués renouvelé et passer dans un premier temps de 67 à 57 membres. Francis Charvet a été réélu à sa présidence.

J’ai moi-même été réélu à la vice-présidence avec une délégation à la voirie et aux eaux pluviales. Je l’ai malheureusement perdue suite à l’annulation des élections dans notre commune. Celle-ci a eu aussi pour effet, suite à une décision du Conseil Constitutionnel, de ramener le nombre de délégués à 44. Ce sont 15 communes au lieu de 5 qui n’ont plus maintenant qu’un seul délégué au conseil communautaire. Je partage l’amertume des élus des communes concernées qui ont vu le nombre de leurs délégués être réduit.

 

La CCPR poursuit sa marche en avant. Ses nouvelles compétences, votées au cours du mandat précédent, sont effectives. Les conseillers municipaux peuvent participer aux différentes commissions. Comme dans toutes les collectivités, la rigueur financière est à l’ordre du jour. Il ne faudrait pas que celle-ci, ajoutée à celle de l’Etat, entraîne l’asphyxie financière de plusieurs communes.

L’Etat nous demande de faire des économies sur notre fonctionnement. Il cible plus particulièrement les frais de personnel. Comment, avec une population de 735 habitants, 28 heures de secrétariat et 24 heures à l’entretien, pourrait-on diminuer ce chapitre dans notre commune?

 

Alors que nous pensions que le projet de construction de la nouvelle clinique était en bonne voie, il fait son retour dans l’actualité avec de nombreuses interrogations et une vive inquiétude quant à l’avenir du nouvel établissement et des 200 employés. Et l’on se tourne à nouveau vers les élus pour qu’ils soutiennent ce projet. Espérons que l’Agence Régionale de Santé (l’ARS), le promoteur et les élus regroupés dans un conseil de surveillance trouvent enfin un accord. 

Un tel établissement de santé est vraiment indispensable sur notre territoire dont la population va augmenter encore sensiblement.

 

2014 a été l’année du renouvellement des conseils municipaux. 

J’avais annoncé, ici même, à l’occasion de la cérémonie des vœux, que je me présenterai pour un nouveau mandat avec une équipe renouvelée aux deux tiers, composée de 8 femmes et de 7 hommes, et une moyenne d’âge de 45 ans.

Une deuxième liste se constitue. Même si depuis 1983, il n’y a eu qu’une seule liste, rien d’anormal à cela. C’est la démocratie. Il est normal que l’électeur ait le choix.

Le 23 mars, le scrutin se déroule tout à fait normalement, 81% des électeurs accomplissent leur devoir. Le résultat est excellent pour mon équipe. Nous sommes élus avec près de 73% des suffrages. Ce score net et assez impressionnant confirme la satisfaction des électeurs envers notre gestion et les investissements réalisés.

Le 1er avril, ce n’est pas un poisson, lettre recommandée du Tribunal administratif. Pas moins de 11 points sont soulevés par la tête de liste adverse, et elle seule, pour demander l’annulation.

Le 28 mai, audience au tribunal administratif de Grenoble. Le rapporteur public rejette 10 des 11 points avancés, mais il en retient un et il demande l’annulation totale des élections pour le motif suivant : « Refus du président du bureau de vote d’une présence permanente des membres de la liste adverse qui n’avait pas désigné dans les délais ses assesseurs et ses délégués ».

Nous pensions pourtant n’avoir fait qu’appliquer les recommandations du service des élections de la préfecture. Apprenant ce recours, la chef de ce service nous fait part de son incompréhension et de ses regrets. Notre interprétation était peut être erronée, mais il n’y avait eu aucune volonté de notre part d’exclure qui que ce soit qui aurait pu rester dans ce bureau.

La décision est mise en délibéré. Celui-ci tombe le 12 juin : l’élection est annulée, mais le maire peut être, bien entendu, candidat. Nous disposons d’un mois pour interjeter appel. Nous décidons de ne pas avoir recours à cette possibilité et confirmons que nous nous présenterons à nouveau le 14 septembre.

Le 16 juillet, nous quittons donc la mairie qui sera administrée par une délégation spéciale composée de 3 personnes nommées par le Sous-Préfet. La première vient de Meylan, la deuxième de Lyon et la troisième de St Agnin sur Bion. N’aurait-on pas pu solliciter des anciens maires de la région ?

Pendant deux mois, seules trois permanences sont tenues en mairie à destination des habitants. Heureusement que nous étions en période de vacances et qu’aucun problème grave n’est survenu.

Le résultat du vote du 14 septembre confirme, en l’amplifiant, celui du 23 mars. Les électeurs sont moins nombreux à s’être mobilisés, 67% contre 81%. Ma liste obtient près de 81% des suffrages et bien entendu 15 élus. C’est 8 % de plus qu’en mars. Et presque un plébiscite.

Les urnes ont parlé. Elles confirment ce que tout le monde pensait. A savoir qu’il n’y avait pas eu fraude en mars dernier. En augmentant très sensiblement notre score du mois de mars, les électeurs nous ont rendu notre légitimité et notre honneur.

 

La municipalité, identique à celle de mars, est réélue le 19 septembre. Je retrouve mon bureau et de multiples problèmes.

Nous nous sommes remis au travail. Nous avons dû réélire les membres des commissions, les délégués aux différents syndicats. Que de temps perdu !

Mais cette situation, que je n’aurais jamais imaginée après 33 ans de présence au conseil municipal, laisse forcément des traces. 

Ayant bien entendu Monsieur le Sous-Préfet nous préciser que ce n’était, après tout, qu’une sanction administrative, je positive et attends sereinement le scrutin du 14 septembre. Mais, il n’en est pas de même du côté de ma famille qui sait tout le temps et l’énergie que je consacre à cette fonction.

 

Malgré tous ces évènements, vos élus ont beaucoup travaillé.

 

Nous avons repris le dossier du site Poizat

  • En préparant au niveau administratif le dossier de construction des 6 villas par le bailleur Habitat Dauphinois, au nord de la parcelle

  • En faisant avancer le projet de l’aménagement de la partie basse avec la maison du Patois qui sera à destination intercommunale et aux locaux à destination de nos infirmières et d’un laboratoire

  • En répondant favorablement à la proposition de la DTT de nous accorder 5 nouveaux logements.

 

Nous avons également :

  • Lancé, en concertation avec le comité de clocher, les travaux nécessaires dans notre église.

  • Lancé la procédure de révision de notre POS avec son passage en PLU. Une carte des aléas est en cours de réalisation. De nouvelles réunions de travail auront lieu tout au long de l’année.

 

Nous nous sommes, à nouveau, investis dans les différents syndicats.

 

Pour ma part, j’ai retrouvé la présidence du SIVOS. Merci à Christian Manin qui a assuré l’intérim de la présidence. 

La rentrée scolaire, avec 133 élèves, s’est déroulée dans de bonnes conditions. Une 6ème classe aurait pu être ouverte. L’académie n’ayant pas donné suite, nos classes ont un effectif chargé. Le cours préparatoire a été scindé entre les deux écoles. 

Les nouveaux horaires scolaires avec classe le mercredi matin sont effectifs depuis le début de l’année scolaire. Le conseil syndical, le bureau, les commissions ont beaucoup travaillé. Le système d’inscriptions aux différents services par internet donne satisfaction aux parents. Les Temps d’Activités Périscolaires pourront, grâce à la modification de ses statuts, être organisés par le SIVOS.

 

Notre CCAS a vu arriver de nouveaux membres. Je remercie les membres sortants pour leur implication. Nous continuerons à œuvrer en faveur de nos habitants dans la discrétion.

 

En cette année de commémoration du début de la Première Guerre Mondiale, plusieurs associations se sont réunies pour proposer des animations :

  • Visite à Pressins le 18 septembre

  • Traditionnelle cérémonie au monument aux morts le 11 novembre suivie d’un repas au Petit Campagnard

  • Animation avec Lionel Fenoy le 7 décembre

 

Notre restaurant, le Petit Campagnard, a été à l’honneur avec l’attribution du label « bistrot de Pays ». Il fait partie des 4 établissements retenus. Bravo à son propriétaire pour cette distinction méritée.

 

Vos élus souhaitent que notre village soit toujours accueillant et paisible. Nous avons participé à l’opération village propre. Nous demandons à tous les habitants de respecter l’arrêté du préfet interdisant de brûler les déchets.

 

Nos associations sont toujours aussi dynamiques. Même si la météo n’a pas été toujours favorable, leurs manifestations ont connu le succès. Qu’elles sachent que les élus apprécient l’engagement de tous les bénévoles qui participent à l’animation de notre village.

 

En 2015,

 

Au niveau communal, notre effort portera sur l’aménagement du site Poizat et notamment de la construction de la Maison du Patois qui sera à vocation intercommunale. Avec une estimation de 450 000 €, c’est un investissement très lourd pour notre commune.

Mais je sais pouvoir compter sur :

  • Les fonds propres de la commune qui a prévu dans son budget depuis plusieurs années cet investissement

  • Une participation de 40 000 € du groupe patois pour la construction

 

Des subventions seront sollicitées auprès L’Etat, la Région , le Cnseil général et la CCPR.

Cinq logements sociaux pourraient être aménagés au-dessus de la partie communale. Le conseil municipal a, en effet, à une très forte majorité, répondu positivement à la proposition de la DTT d’ajouter 5 logements au quota déjà validé. Vos élus veulent offrir des possibilités de locations aux foyers modestes qui ne peuvent pas envisager de devenir propriétaires.

 

Le projet d’agrandissement de la caserne de nos sapeurs-pompiers devrait se concrétiser. Il confirme que leur présence est vraiment indispensable sur notre territoire. Leur disponibilité et leur professionnalisme ne sont pas étrangers à ce projet. Il montre que nous avons eu raison de nous opposer avec fermeté au projet de regroupement à Assieu, un moment prôné par les responsables du SDIS.

 

J’ai une pensée pour ceux

  • qui sont malades,

  • qui sont seuls,

  • qui nous ont quittés

  • qui ne savent pas de quoi sera fait demain

 

Je remercie

 

Mes collègues, adjoints et conseillers municipaux, pour leur soutien en ces moments difficiles. A mes côtés, ils seront au service de la population.

Les membres du CCAS

L’équipe pédagogique

Le personnel de la commune et du SIVOS

Les associations et leurs bénévoles pour les activités et les animations proposées

La CCPR et ses services

La gendarmerie

Nos sapeurs pompiers qui assurent une présence permanente rassurante

Les associations caritatives

Mes collègues qui ne se sont pas représentés

 

Je salue Daniel Rigaud, notre conseiller général, qui ne se représentera pas. Il est un élu de terrain à l’écoute des maires. Il a beaucoup œuvré pour que notre canton connaisse un développement économique. Il peut être fier du résultat obtenu avec la création du syndicat mixte chargé de l’aménagement de la zone industrialo-portuaire Sablons-Salaise. Je le remercie et lui souhaite une longue et heureuse retraite. 

 

En mars prochain, les élections départementales, ex cantonales, se dérouleront. Avec 7 autres communes de l’actuel canton de Roussillon, nous rejoindrons celui de Beaurepaire. Le conseil général ayant des compétences très importantes pour les habitants et les communes, ne vous abstenez pas.

 

Je terminerai en remerciant, une fois encore, tous ceux, parmi vous, qui m’avez soutenu :

Mes proches, mes amis, mes collègues, bien sûr ;

Mais aussi les très nombreuses personnes, de notre commune et d’ailleurs, que je connaissais parfois à peine qui m’ont immédiatement assuré de leur soutien.

J’ai pu alors mesurer l’estime et je crois pouvoir dire l’affection que vous portiez à votre maire.

Et c’est, là, le plus bel hommage qu’un élu puisse recevoir.

Je vous souhaite à tous santé, bonheur et fraternité.